Bourse > Societe generale > Societe generale : Cor - chaises musicales à la banque de financement de la socgen
SOCIETE GENERALESOCIETE GENERALE GLE - FR0000130809GLE - FR0000130809
45.700 € +0.41 % Temps réel Euronext Paris
45.825 €Ouverture : -0.27 %Perf Ouverture : 46.275 €+ Haut : 45.445 €+ Bas :
45.515 €Clôture veille : 2 826 310Volume : +0.35 %Capi échangé : 36 913 M€Capi. :

Societe generale : Cor - chaises musicales à la banque de financement de la socgen

Cor - chaises musicales à la banque de financement de la socgenCor - chaises musicales à la banque de financement de la socgen

Bien lire que Didier Valet est actuellement directeur financier de la SocGen

PARIS (Reuters) - La Société générale a procédé vendredi à plusieurs nominations au sein du comité exécutif de sa banque de financement et d'investissement (BFI), à la suite du remaniement deux jours plus tôt à la tête de la division.

La banque indique dans un communiqué que Dan Fields et Pierre Palmieri ont été promus respectivement aux postes de responsable des activités de marchés et responsable des activités de financement.

Les deux hommes prendra leurs nouvelles fonctions le 3 janvier, date à laquelle Didier Valet, actuellement directeur financier de la SocGen, prendra les commandes de la BFI.

Dan Fields, qui était précédemment responsable adjoint des activités de marchés, succédera ainsi à Christophe Mianné qui deviendra la numéro deux de la BFI en janvier.

Pierre Palmieri, ancien responsable adjoint des activités de financement succédera quant à lui à Jean-Luc Parer nommé à partir de janvier conseiller de Didier et de Christophe Mianné.

La Société générale précise que Jean-Luc Parer rejoindra à compter du mois d'avril prochain le pôle de banque de détail à l'international.

A travers le remaniement des équipes de la BFI, la SocGen s'apprête à restructuration en profondeur ses activités de marchés et de financement les plus touchées par la crise et par les nouvelles règles prudentielles du comité de Bâle, dites Bâle III.

"Les changements réglementaires sont beaucoup plus importants et ont beaucoup plus de conséquences sur l'industrie que ce qu'on avait imaginé. Ce ne sont pas des changements simplement cosmétiques", commente un analyste.

"On a bien vu que la décision politique a été d'accélérer les règles d'entrée en vigueur de Bâle III par rapport au calendrier initial", poursuit-il. "La crise a été tellement profonde pour le système bancaire qu'il y a une vraie volonté politique globale de changer la donne."

Matthieu Protard, avec Catherine Monin, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...