Bourse > Societe generale > Societe generale : Comme BNP, SocGen tire son épingle du jeu au 1er trimestre
SOCIETE GENERALESOCIETE GENERALE GLE - FR0000130809GLE - FR0000130809
46.860 € +4.45 % Temps réel Euronext Paris
44.965 €Ouverture : +4.21 %Perf Ouverture : 46.980 €+ Haut : 44.645 €+ Bas :
44.865 €Clôture veille : 9 269 070Volume : +1.15 %Capi échangé : 37 847 M€Capi. :

Societe generale : Comme BNP, SocGen tire son épingle du jeu au 1er trimestre

Socgen voit ses profits augmenter malgré un 1er trimestre rudeSocgen voit ses profits augmenter malgré un 1er trimestre rude

par Julien Ponthus et Maya Nikolaeva

PARIS (Reuters) - Société générale a annoncé mercredi avoir traversé le premier trimestre 2016 avec des profits en hausse, comme sa rivale BNP Paribas, grâce à sa banque de détail qui a compensé les difficultés rencontrées sur ses activités de marchés durant deux mois de tempête boursière.

L'annonce de ces résultats est saluée en Bourse et l'action SocGen parade en tête du CAC 40 et de l'indice des banques européennes, dont bon nombre ont vu leurs profits chuter durant ce début d'année 2016 agité.

"Le début du trimestre a été marqué par la montée des inquiétudes concernant l’économie chinoise et par la poursuite de la baisse du cours du pétrole, ayant conduit à des perturbations sur les marchés actions", explique dans un communiqué la banque française, qui lance pour sa division Activités de marché un volet d'économies supplémentaires de 220 millions d’euros à fin 2017.

Ce plan s'ajoute à celui toujours en cours qui vise à économiser 850 millions sur la période 2015-2017 sur l'ensemble du périmètre de la banque.

"Au total, le groupe aura donc engagé des plans d’économies annuelles à hauteur de 2 milliards d’euros sur la période 2012-2017", résume la banque dans son communiqué.

Le résultat net de SocGen pour les trois premiers mois de l'année s'affiche à 924 millions d’euros, en hausse de 6,5%, alors que cinq analystes interrogés par Reuters s'attendaient en moyenne 801 millions d'euros, soit une baisse de 7,7%.

Le coût du risque, soit les provisions pour des crédits risquant de ne pas être remboursés, a favorablement pesé, avec une baisse de 14,5% à 524 millions d’euros.

Selon les analystes de Kepler Cheuvreux, c'est principalement grâce à la bonne tenue de cet indicateur que Société générale a pu favorablement surprendre le marché.

"LE GROUPE EST CONFIANT"

La banque de détail en France, qui regroupe, outre l'enseigne Société générale, la banque en ligne Boursorama et Crédit du Nord, a vu sa contribution aux bénéfices du groupe augmenter de 17,6% à 328 millions d'euros.

Le pôle de la banque de détail à l'international (Europe, Afrique et Russie), de l'assurance et des services financiers spécialisé a vu ses profits doubler à 300 millions d'euros, grâce notamment à la forte baisse du coût du risque.

A l'inverse, les bénéfices dégagés par la banque de financement et d'investissement ont reculé sur la période de 14,7% à 454 millions d'euros, à cause notamment des activités de marchés, la gestion d'actifs et la banque privée.

Le groupe a renforcé ses fonds propres durant le trimestre et affiche un ratio Core Equity Tier One à 11,1% à la fin mars, contre 10,9% à la fin de l'année dernière.

"Le groupe est confiant dans ses perspectives pour l’année 2016", déclare dans un communiqué de presse le directeur général Frédéric Oudéa.

"PAS D'IMPACT" DES PANAMA PAPERS

La banque traverse néanmoins une période difficile en termes de relations publiques avec la sortie en juin d'un film sur son ancien trader Jérôme Kerviel et l'éclatement du scandale d'évasion fiscale des "Panama papers".

"Nous n'avons pas noté d'impact sur notre clientèle" sur ce dernier point, a assuré Frédéric Oudéa lors d'une conférence de presse téléphonique.

Le directeur général sera auditionné le 11 mai par la commission des Finances du Sénat après les révélations sur des liens entre sa banque et le cabinet panaméen Mossack Fonseca, spécialisé en montage de sociétés offshore dans des paradis fiscaux.

Frédéric Oudéa sera aussi entendu à huis clos ce mercredi au Sénat pour s'expliquer sur son témoignage en 2012 devant une commission d'enquête sur l'évasion fiscale.

Des sénateurs de gauche et écologistes réclament des poursuites judiciaires pour "faux témoignage", l'accusant d'avoir menti en assurant que sa banque avait fermé ses implantations dans les paradis fiscaux. SocGen réfute ces accusations.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...