Bourse > S.e.b. > S.e.b. : Revient à la croissance organique au 1er semestre
S.E.B.S.E.B. SK - FR0000121709SK - FR0000121709
129.500 € +0.19 % Temps réel Euronext Paris
129.000 €Ouverture : +0.39 %Perf Ouverture : 129.950 €+ Haut : 128.850 €+ Bas :
129.250 €Clôture veille : 80 811Volume : +0.16 %Capi échangé : 6 497 M€Capi. :

S.e.b. : Revient à la croissance organique au 1er semestre

tradingsat

(CercleFinance.com) - SEB a enregistré, au terme du 1er semestre de l'exercice 2013, une baisse de 29,4% de son résultat net part du groupe à 52 millions d'euros. Le groupe a aussi confirmé ses projections financières antérieures pour l'ensemble de l'année en cours.

'Le recul marqué du résultat net, lié à des facteurs ponctuels sans incidence sur la rentabilité intrinsèque du groupe, ne doit pas être extrapolé sur l'année', précise le patron, Thierry de La Tour d'Artaise.

Sur la période, le chiffre d'affaires a renoué avec la progression à données comparables : le spécialiste du petit électroménager a vu ses ventes augmenter de 2,5% à 1.835 millions d'euros, dont une croissance organique de 3,1%. A l'exception de la France (14,3% du CA), toutes les régions affichent une croissance organique.

Du côté du compte d'exploitation, le résultat opérationnel d'activité s'est tassé de 3,8% à 137 millions, entraînant la marge correspondante en baisse de 0,4 point de pourcentage à 7,5%. Le groupe évoque un 'repli limité, comme attendu', et la direction estime ce chiffre 'satisfaisant'. En cause, un effet prix-mix négatif de 17 millions d'euros, et une hausse des frais de 11 millions notamment.

Le PDG, Thierry de La Tour d'Artaise, insiste sur le retour à la croissance des ventes du 1er semestre après une année 2012 'en demi-teinte'. 'Si la France représente momentanément un point dur, qui pénalise nos ventes et nos résultats, le groupe a réussi à assurer sa croissance dans toutes les autres grandes zones géographiques', a-t-il ajouté.

Sur un an, la dette financière nette a reculé de 21,1% à 516 millions.

En guise de prévision, le groupe indique que “face aux fluctuations récentes des devises, il est particulièrement vigilant et prêt à mettre en oeuvre si besoin les actions compensatrices telles qu'un ajustement de la politique de prix, une réduction des coûts, un ciblage accru des investissements”.

Le PDG de SEB ajoute qu''en dépit de nouveaux enjeux qui se sont profilés en juin avec les troubles sociaux en Turquie et au Brésil ainsi que la volatilité accrue de certaines devises, le groupe confirme ses objectifs 2013 et mettra en oeuvre les moyens nécessaires pour assurer une légère croissance organique de ses ventes, préserver le niveau 2012 de son résultat opérationnel d'activité et poursuivre son désendettement.'

SEB compte donc cette année sur une “légère” croissance organique des ventes, sur le maintien du niveau de son résultat opérationnel d'activité, et sur une baisse de sa dette.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...