Bourse > S.e.b. > S.e.b. : Forte réduction de la dette financière au 1T
S.E.B.S.E.B. SK - FR0000121709SK - FR0000121709
116.050 € -1.94 % Temps réel Euronext Paris
118.300 €Ouverture : -1.90 %Perf Ouverture : 118.300 €+ Haut : 115.700 €+ Bas :
118.350 €Clôture veille : 78 817Volume : +0.16 %Capi échangé : 5 822 M€Capi. :

S.e.b. : Forte réduction de la dette financière au 1T

tradingsat

(CercleFinance.com) - Début d'exercice très encourageant pour Seb, qui a rapporté ce jeudi post-clôture avoir dégagé un chiffre d'affaires de 1,115 milliard d'euros au premier trimestre, soit une hausse de 2,3% et de 5,1% à périmètre et change constants comparativement aux 3 premiers mois de l'exercice clos.

'Cette croissance organique soutenue est à mettre en perspective d'une performance déjà très robuste au premier trimestre 2015 (+ 9,4% de croissance à parités et périmètre constants). Elle est issue à la fois des volumes et d'un effet prix-mix substantiel, reflétant les augmentations de prix passées en compensation des fluctuations monétaires et la poursuite de la montée en gamme. Elle est en outre tirée par le développement continu des ventes en ligne, dans de très nombreux pays, matures et émergents', a détaillé le groupe.

Le bénéfice opérationnel a, lui, crû de 1,4% et bondi de 50% à changes et périmètre constants à 93 millions d'euros. Il intègre un impact devises défavorable de 45 millions d'euros.

Enfin, la dette financière nette a été sensiblement réduite, s'établissant à 184 millions d'euros au 31 mars, soit 132 millions de moins qu'à l'issue de l'année close. Cette diminution reflète une génération de trésorerie en très forte progression sur le trimestre.

'La période n'a pas apporté de changement majeur à l'environnement de consommation dans lequel le groupe évolue, qui reste très hétérogène : contexte plutôt porteur en Europe et en Chine, croissance plus modérée aux Etats-Unis, conjoncture atone au Japon, crise persistante en Russie et au Brésil..., le tout sur fond de volatilité persistante des parités monétaires et d'une nouvelle dépréciation de certaines devises émergentes face à l'euro par rapport au premier trimestre 2015', a expliqué Seb.


Copyright (c) 2016 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...