Bourse > Sanofi > Sanofi : Pfizer rachète Anacor Pharma pour 5,2 milliards de dollars
SANOFISANOFI SAN - FR0000120578SAN - FR0000120578
75.100 € -0.60 % Temps réel Euronext Paris
76.140 €Ouverture : -1.37 %Perf Ouverture : 76.750 €+ Haut : 74.430 €+ Bas :
75.550 €Clôture veille : 4 789 360Volume : +0.37 %Capi échangé : 96 836 M€Capi. :

Sanofi : Pfizer rachète Anacor Pharma pour 5,2 milliards de dollars

Marché : Pfizer acquiert Anacor Pharma pour 5,2 milliards de dollarsMarché : Pfizer acquiert Anacor Pharma pour 5,2 milliards de dollars

(Reuters) - Le groupe pharmaceutique américain Pfizer a annoncé lundi le rachat pour 5,2 milliards de dollars (4,6 milliards d'euros) de son compatriote Anacor Pharmaceuticals, fabricant entre autres d'un gel non stéroïdien contre l'eczéma.

Pfizer repart ainsi à l'offensive en matière de croissance externe après avoir dû renoncer le mois dernier à son projet de rachat d'Allergan, une opération record valorisée à 160 milliards de dollars.

Le nom du géant américain est également cité parmi ceux des candidats possibles au rachat de Medivation, convoité par le français Sanofi.

A Wall Street, l'action Anacor gagnait près de 55% en début de séance à 98,95 dollars, juste en dessous du prix de 99,25 dollars offert par Pfizer. Ce dernier cédait 0,63% à 32,98 dollars.

Le rachat d'Anacor doit permettre à Pfizer de mettre la main sur le crisaborole, le traitement non stéroïdien de la dermatite atopique (eczéma) développé par Anacor, pour lequel ce dernier a déposé une demande d'autorisation de mise sur le marché auprès de la Food and Drug Administration (FDA) américaine.

Pfizer explique que ce médicament représente un chiffre d'affaires potentiel d'au moins deux milliards de dollars.

Aucune molécule nouvelle de traitement de l'eczéma n'a été autorisée depuis 15 ans alors que cette affection cutanée touche quelque 18 à 25 millions de personnes rien qu'aux Etats-Unis.

Les analystes financiers estiment que Pfizer a besoin d'acquérir de nouveaux médicaments ou des sociétés de biotechnologies pour assurer la croissance de ses profits.

(Amrutha Penumudi à Bangalore, Véronique Tison et Marc Angrand pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...