Bourse > Sanofi > Sanofi : La justice chinoise soupçonne Sanofi de corruption
SANOFISANOFI SAN - FR0000120578SAN - FR0000120578
75.100 € -0.60 % Temps réel Euronext Paris
76.140 €Ouverture : -1.37 %Perf Ouverture : 76.750 €+ Haut : 74.430 €+ Bas :
75.550 €Clôture veille : 4 789 360Volume : +0.37 %Capi échangé : 96 836 M€Capi. :

Sanofi : La justice chinoise soupçonne Sanofi de corruption

La justice chinoise soupçonne Sanofi de corruptionLa justice chinoise soupçonne Sanofi de corruption

PEKIN (Reuters) - Les autorités chinoises ont ouvert une enquête sur Sanofi, soupçonné d'avoir distribué en 2007 environ 1,7 million de yuans (208.000 euros) à plus de 500 médecins chinois pour les inciter à augmenter leurs prescriptions de médicaments, rapporte samedi l'agence officielle Chine nouvelle.

L'agence cite un responsable des services de santé selon lequel les enquêteurs vont étudier des documents portant sur différents programmes de recherche, y compris des listes de patients et des dossiers médicaux.

Sanofi avait déclaré jeudi prendre "très au sérieux" les allégations d'un journal chinois selon lesquelles certains de ses salariés avaient versé des pots-de-vin à plus de 500 médecins en Chine il y a six ans dans le but de doper ses ventes.

Un "donneur d'alerte" anonyme a déclaré au quotidien 21st Century Business Herald que Sanofi avait versé fin 2007 une somme globale d'environ 1,7 million de yuans à 503 docteurs de 79 établissements hospitaliers de Shanghai, Pékin, Hangzhou et Guangzhou.

Sanofi a expliqué dans un communiqué avoir eu connaissance de ces informations mais il a ajouté qu'il était trop tôt pour s'expliquer sur des événements remontant à 2007. Le groupe a assuré ne tolérer aucune pratique contraire à l'éthique.

Les autorités chinoises ont multiplié ces derniers mois les enquêtes sur des soupçons de corruption visant des entreprises étrangères. Dans le secteur pharmaceutique, le britannique GlaxoSmithKline est pour l'instant le premier visé.

Plusieurs autres laboratoires, comme le danois Novo Nordisk, l'anglo-suédois AstraZeneca, l'américain Eli Lilly & Co et le belge UCB ont déclaré récemment que les autorités chinoises avaient inspecté certains de leurs locaux en Chine.

Pour les analystes, ces procédures pourraient ouvrir la voie à la mise en oeuvre par Pékin d'un contrôle plus strict des politiques commerciales des groupes pharmaceutiques.

Koh Gui Qing, Marc Angrand pour le service français, édité par Tangi Salaün

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...