Bourse > Saint gobain > Saint gobain : Pour Bernstein, Sika perd son temps à Londres
SAINT GOBAINSAINT GOBAIN SGO - FR0000125007SGO - FR0000125007
40.230 € -1.11 % Temps réel Euronext Paris
40.505 €Ouverture : -0.68 %Perf Ouverture : 40.505 €+ Haut : 39.815 €+ Bas :
40.680 €Clôture veille : 1 255 570Volume : +0.23 %Capi échangé : 22 328 M€Capi. :

Saint gobain : Pour Bernstein, Sika perd son temps à Londres

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le bureau d'études Sanford C. Bernstein & Co. revient sur le dossier Saint-Gobain, qui tente de prendre le contrôle du suisse Sika avec l'accord de ses actionnaires familiaux, mais contre l'avis du management. Justement : la direction de Sika organise, aujourd'hui à Londres, une journée investisseurs où elle détaille les raisons de son opposition tout en appelant à un 'dialogue constructif' avec Saint-Gobain. Le jugement de Bernstein est sans appel : 'le management de Sika aurait mieux employé son temps en allant à Paris', tout près du siège social de Saint-Gobain, situé à Courbevoie.

En attendant, les analystes confirment leur conseil acheteur de 'surperformance' sur la valeur française, ainsi que leur objectif de cours de 46 euros.

A la Bourse de Paris ce matin où le CAC 40 cède 0,4%, l'action Saint-Gobain recule de 1,3% à 33,1 euros.

Bernstein estime que la direction de Sika est 'dans le déni' face à l'accord déjà signé, et engageant, qui lie Saint-Gobain à la famille Burkard-Schenker. En effet, l'accord conclu (et confirmé) entre Saint-Gobain et les actionnaires familiaux de Sika prévoit que le français rachète, contre 2,75 milliards de francs suisses, un holding détenant 16,1% du capital et contrôlant 52,4% des droits de vote de Sika.

Allant plus loin, Bernstein estime même que la direction de Sika, par son opposition à l'opération, est 'clairement' responsable de la récente chute des cours des actions des deux groupes. Les analystes ne croient donc pas que le management oeuvre dans l'intérêt de ses actionnaires.

D'ailleurs, la direction de Sika reconnaît maintenant (ce n'était pas le cas le 8 décembre) une certaine 'logique industrielle' à l'opération, puisqu'elle souligne que les synergies des branches Mortiers des deux groupes pourraient atteindre le chiffre appréciable de 150 millions d'euros. Sika appelle même à un 'dialogue constructif' avec Saint-Gobain.

Bref, Bernstein estime que la présentation effectuée à Londres par Sika 'ne propose aucune solution dans l'intérêt des actionnaires actuels de Sika ni de Saint-Gobain'. Et en niant l'accord signé avec les Burkard-Schenker, la direction de Sika reste dans un 'corner'.

Pour les spécialistes enfin, la sanction boursière des deux groupes est 'excessive'. Saint-Gobain semble avoir décidé de laisser la poussière retomber, ce qui devrait entraîner une baisse des tensions “dans les semaines qui viennent”. “Au final, la réconciliation (de Sika et de Saint-Gobain) est inévitable”, pronostique Bernstein.



Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.
Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...