Bourse > Safran > Safran : Le "parachute" du pdg de safran rejeté lors de l'ag
SAFRANSAFRAN SAF - FR0000073272SAF - FR0000073272
64.910 € -0.44 % Temps réel Euronext Paris
64.810 €Ouverture : +0.15 %Perf Ouverture : 65.210 €+ Haut : 64.230 €+ Bas :
65.200 €Clôture veille : 1 145 650Volume : +0.27 %Capi échangé : 27 069 M€Capi. :

Safran : Le "parachute" du pdg de safran rejeté lors de l'ag

tradingsat

par Cyril Altmeyer

PARIS (Reuters) - Les actionnaires de Safran ont rejeté jeudi deux résolutions accordant une indemnité de départ et une retraite chapeau à Jean-Paul Herteman, PDG de l'équipementier d'aéronautique et de défense.

L'Etat, qui détient 30% du groupe, a voté contre ces résolutions et le ministre de l'Economie s'est "félicité" du rejet. "Le gouvernement donne ainsi, à nouveau, un signal fort de sa volonté de changement sur la question des rémunérations", écrit Pierre Moscovici dans un communiqué.

Cette décision intervient en pleine polémique sur la prime de non-concurrence de 400.000 euros touchée par l'ancien directeur général d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon, à son départ en octobre 2011, prime dont la ratification sera soumise aux votes des actionnaires ce jeudi après-midi.

Les résolutions repoussées par les actionnaires de Safran prévoyaient d'octroyer à Jean-Paul Herteman une indemnité équivalant à deux années de rémunération fixe et variable en cas de cessation anticipée de son mandat, ainsi que d'une retraite supplémentaire.

La première a été rejetée à 55% des voix et la seconde à 56% des voix, a déclaré une porte-parole du groupe.

Ces dispositions avaient été prises après le changement de gouvernance de Safran en 2011, à l'issue duquel Jean-Paul Herteman est devenu PDG et non plus président du directoire.

Jean-Paul Herteman a touché 1,43 million d'euros en 2011, dont une part fixe de 730.000 euros.

Le nouveau gouvernement s'est engagé à lutter contre les écarts importants de rémunération, en particulier dans les entreprises à capitaux publics.

Le président François Hollande a promis d'imposer une échelle des salaires de un à 20 dans ces entreprises et a justifié son projet de créer une tranche d'imposition à 75% au delà d'un million d'euros par la volonté de dissuader les entreprises de payer autant leurs dirigeants.

Cyril Altmeyer, avec Jean-Baptiste Vey, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...