Bourse > Safran > Safran : Brassac succède à Chifflet comme directeur général de CASA
SAFRANSAFRAN SAF - FR0000073272SAF - FR0000073272
65.500 € -0.74 % Temps réel Euronext Paris
66.010 €Ouverture : -0.77 %Perf Ouverture : 66.350 €+ Haut : 65.110 €+ Bas :
65.990 €Clôture veille : 1 312 940Volume : +0.31 %Capi échangé : 27 315 M€Capi. :

Safran : Brassac succède à Chifflet comme directeur général de CASA

Brassac succède à Chifflet comme directeur général de CASABrassac succède à Chifflet comme directeur général de CASA

PARIS (Reuters) - Philippe Brassac a été nommé mardi soir directeur général de Crédit agricole S.A. et succède ainsi à Jean-Paul Chifflet.

Comme le rapportait Reuters le 11 février, le dirigeant prendra ses fonctions après l'assemblée générale annuelle de la banque, le 20 mai prochain à Lille.

Philippe Brassac, 55 ans, secrétaire général de la Fédération nationale du Crédit agricole - l'actionnaire majoritaire de CASA - depuis 2010 et directeur général de la Caisse régionale Provence Côte d'Azur, a effectué l'essentiel de sa carrière au sein du groupe mutualiste.

Xavier Musca, également 55 ans, ancien directeur du Trésor et qui fut secrétaire général adjoint de l'Elysée au cours de la présidence Sarkozy, deviendra numéro deux du groupe "au sens de la directive (européenne, NDLR) CRD IV", explique CASA dans un communiqué.

Il occupe actuellement les fonctions de directeur général délégué en charge de la banque de proximité à l'international, de la gestion d'actifs et des assurances.

Une autre évolution de la gouvernance devrait intervenir au cours des prochaines semaines avec la nomination d'un successeur au directeur financier de CASA, Bernard Delpit, qui doit quitter son poste courant mai pour prendre la même responsabilité au sein du groupe d'aéronautique et de défense Safran.

Le tandem Brassac-Musca va devoir s'atteler dès cette année à deux missions majeures: l'exécution du plan stratégique triennal annoncé en 2014 et la réorganisation, très attendue, du fonctionnement de l'entreprise.

La Fédération veut notamment simplifier les liens entre les caisses régionales et la structure cotée et repenser la manière dont opèrent les différentes entités du groupe pour augmenter les synergies entre elles et doper la rentabilité.

Alors que la Banque centrale européenne assume la supervision des grands établissements bancaires du Vieux continent, les groupes mutualistes, jugés trop complexes, sont appelés à présenter des structures plus lisibles.

(Matthias Blamont, édité par Marc Angrand)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...