Bourse > Royal dutch shella > Royal dutch shella : Annonce son retrait d'Alaska
ROYAL DUTCH SHELLAROYAL DUTCH SHELLA RDSA - GB00B03MLX29RDSA - GB00B03MLX29
25.530 € -0.66 %
25.605 €Ouverture : -0.29 %Perf Ouverture : 25.770 €+ Haut : 25.395 €+ Bas :
25.700 €Clôture veille : 6 385 830Volume : +0.30 %Capi échangé : 54 825 M€Capi. :

Royal dutch shella : Annonce son retrait d'Alaska

tradingsat

(CercleFinance.com) - La conquête du nouvel eldorado - ou présumé tel - de l'or noir se fera sans Shell. Le géant pétrolier anglo-néerlandais vient en effet d'annoncer son retrait d'Alaska, une bonne nouvelle pour les environnementalistes, qui l'avaient saumâtre depuis de longs mois contre le groupe, mais aussi contre l'administration Obama, dont la permissivité ne pouvait qu'être décriée.

Shell a pris cette décision non pour leur (com)plaire, mais parce que son exploration au large des côtes de l'Alaska, théâtre il y a un quart de siècle du drame de l'Exxon Valdez, n'a pas obtenu les résultats escomptés.

Le groupe a expliqué ce lundi avoir creusé 'jusqu'à une profondeur de 6.800 pieds' (environ 2.070 mètres) sous la mer des Tchouktches, dans l'Arctique, où se trouve son puits 'Burger J', à quelque 240 kilomètres au large de la petite ville de Barrow. Ses prospections pour cette partie du bassin se sont révélées décevantes, a admis Shell, qui continue toutefois de penser que cette zone devrait revêtir, à terme, 'une importance stratégique pour l'Alaska et les États-Unis'.

Les écologistes sont évidemment vent debout contre les explorations - et a fortiori l'exploitation des ressources pétrolières - dans une région qui héberge une biodiversité particulièrement vulnérable. Washington s'y est toutefois montré favorable, tout en gardant en mémoire la catastrophe de Deepwater Horizon, survenue il y a 5 ans, et a instauré une réglementation stricte.

Un peu trop selon Oddo, qui a également invoqué des coûts élevés, lesquels ont également motivé une décision que le broker ne juge au bout du compte pas surprenante. Toujours à l'achat sur la valeur, l'intermédiaire a indiqué s'attendre à ce que Royal Dutch Shell abaisse son cashbreakeven à 65 dollars par baril à fin 2017 et a souligné la capacité du groupe à protéger son dividende via un rendement très attractif, alors que la valorisation du titre est dans le même temps inférieure à la moyenne du secteur.

Le titre cède 0,9% à la Bourse d'Amsterdam.

(G.D.)


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...