Bourse > Royal dutch shella > Royal dutch shella : Résultats conformes aux attentes.
ROYAL DUTCH SHELLAROYAL DUTCH SHELLA RDSA - GB00B03MLX29RDSA - GB00B03MLX29
24.385 € +0.12 %
24.225 €Ouverture : +0.66 %Perf Ouverture : 24.730 €+ Haut : 24.210 €+ Bas :
24.355 €Clôture veille : 10 396 800Volume : +0.48 %Capi échangé : 52 366 M€Capi. :

Royal dutch shella : Résultats conformes aux attentes.

tradingsat

(CercleFinance.com) - Au 2ème trimestre 2011, Royal Dutch Shell a vu son résultat net attribuable aux actionnaires décoller de 97% à 8.662 millions de dollars. Le groupe profite de la montée en puissance de ses nouveaux actifs, comme ceux portant sur les sables bitumineux au Canada ou le GNL et le GTL au Qatar, ainsi bien sûr que de la hausse des prix du pétrole.

Le résultat net à coût actuel des approvisionnements de la major pétrolière anglo-néerlandaise augmente de 77% à 7.995 millions de dollars, soit 1,29 dollar par action contre 0,74 dollar un an plus tôt. Sur le semestre, la hausse est de 58% à 14.920 millions de dollars (2,41 dollars par action, contre 1,54 dollar un an plus tôt).

Hors éléments exceptionnels, les résultats ont cru de 56% à 6.552 millions de dollars sur le trimestre, ce qui se décompose entre + 66,2% pour l'Aval à 5.420 millions d'euros, et - 6,8% à 1.081 millions.

Sur le trimestre, la production d'hydrocarbures de Royal Dutch Shell , soit 3,046 millions de barils d'équivalent-pétrole/jour, a baissé de 2% en termes bruts, mais a pris 2% en tenant compte des désinvestissements effectués sur la période. Les nouveaux champs entrés en production ont contribué à la production à hauteur de 285.000 barils/jour, ce qui fait plus que compenser le déclin des champs actuellement exploités. En outre, dans l'Amont, les volumes de gaz naturel liquéfié (GNL) vendus ont augmenté de 24% sur un an à 4,81 millions de tonnes.

Dans l'Aval, les volumes de produits pétroliers vendus ont reculé de 8% au T2, soit - 4% hors désinvestissements. La disponibilité des raffineries était de 90% au T2, contre 94% un an plus tôt.

Le PDG du groupe, Peter Voser, attribue la hausse des résultats à la hausse des prix énergétiques et à la performance opérationnelle du groupe. Son arbitrage vers les actifs de forte croissance explique les variations de la production, avant et après désinvestissements.

Les cessions vont se poursuivre, le groupe estimant à 4 milliards de dollars la valeur des actifs extérieurs qu'il détient et qui sont extérieurs à son coeur de métier.

Il souligne aussi ses trois projets majeurs entrés en production au 1er semestre (dans les sables bitumineux canadiens, et au Qatar avec Qatargas 4 dans le GNL et Pearl Qatargas dans le GTL). Leur production cumulée représente environ 400.000 barils/jour de production, ce qu'il qualifie d'unique dans le secteur. D'autres projets significatifs vont suivre.

Enfin, toujours au T2, le cash flow opérationnel a atteint 10 milliards de dollars et les investissements nets 6 milliards.

Du côté du bilan, le ratio de dette nette / fonds propres du groupe se situait à 12,1% à fin juin.

Un dividende trimestriel de 0,42 dollar sera enfin détaché au titre du T2.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...