Bourse > Rio tinto ord > Rio tinto ord : Comptes 2012 plombés par les dépréciations
Rio Tinto OrdRio Tinto Ord RTZ - GB0007188757RTZ - GB0007188757
43.480 € -1.52 %
43.890 €Ouverture : -0.93 %Perf Ouverture : 44.400 €+ Haut : 43.290 €+ Bas :
43.480 €Clôture veille : 22 499Volume : -Capi échangé : -Capi. :

Rio tinto ord : Comptes 2012 plombés par les dépréciations

tradingsat

(CercleFinance.com) - Rio Tinto a terminé son exercice 2012 sur une perte nette de trois milliards de dollars (- 1,61 dollar par action), contre un bénéfice de près de six milliards (+ 3,04 dollars par action) un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels et notamment des dépréciations de 14,4 milliards après impôts annoncées récemment, le résultat net sous-jacent serait de 9,3 milliards de dollars (- 40%), contre 15,5 milliards un an plus tôt. Cette année s'annonce essentiellement sous le signe de la “remise en ordre” du géant minier australo-britannique.

Le dividende qui sera proposé au titre de l'ensemble de l'exercice sera cependant relevé de 1,45 à 1,67 dollar par action (+15,2%). Mais si l'acompte sur dividende avait été relevé de 34,3% à 0,72 dollar, le solde ne sera relevé que de 3,8% à 0,95 dollar.

En Bourse de Londres ce matin, l'action Rio Tinto cède 1,3% environ à 3.708 pence, sa hausse étant cependant de 5,6% depuis le début de l'année.

La charge pour dépréciation se décompose entre 11 milliards pour la branche Aluminium, 2,9 milliards pour l'activité Charbon de Rio Tinto au Mozambique après une acquisition mal menée, 460 millions de dollars pour la mine de diamants d'Argyle et enfin 40 millions de charges diverses.

Les investissements ont augmenté l'an dernier de 42% à 17,4 milliards quand le cash-flow opérationnel chutait de 40% à 16,5 milliards,'essentiellement en raison de la baisse des prix' des matières premières.

La dette nette du groupe s'est envolée de 8,5 à 19,3 milliards de dollars en un an, en raison notamment des investissements, des acquisitions, et de l'augmentation des dividendes et des rachats d'actions. La dette nette représentait donc fin 2012 25% du capital total du groupe, contre 12% un an plus tôt.

Cette année, le nouveau directeur général, Sam Walsh, entend mettre l'accent sur la sélectivité des investissements et le rééquilibrage de l'affectation du capital entre investissements et retour à l'actionnaire. Il indique que parmi ses 'priorités immédiates' figurent 'davantage de discipline et de responsabilité dans l'organisation' du groupe.

Sam Walsh, précédemment à la tête de la division Minerai de fer, a été nommé directeur général en remplacement de Tom Albanese, qui a annoncé son départ en janvier en même temps que de nouvelles dépréciations.

Parallèlement, un nouveau patron vient d'être nommé à la branche Minerai de fer : Andrew Harding, l'ancien directeur de la division Cuivre, à la tête de laquelle est nommé Jean-Sébastien Jacques. Le premier sera basé à Perth, en Australie, et le second à Londres. Ces nominations prennent effet ce jour.

En attendant, un plan d'économies d'un montant total de “plus de 5 milliards de dollars” est annoncé pour 2013 et 2014, les investissements devant baisser à 13 milliards de dollars environ cette année.

Cette année, l'extension de la mine de fer australienne géante de Pilbara, où une production record de 239 millions de tonnes (+ 4% ; dont part de Rio Tinto : 191 millions de tonnes) a été enregistrée en 2012, va être accélérée. La première phase de cette expansion devrait se terminer un trimestre plus tôt que prévu, au 3ème trimestre 2013, et porter alors la capacité de la mine à 290 millions de tonnes par an. La phase 2, d'ici mi-2015, devrait alors porter ce chiffre à 360 millions de tonnes par an.

Du côté de la mine (cuivre-or) mongole d'Oyu Tolgoï, la première production devrait intervenir d'ici fin juin 2013. Rio Tinto discute actuellement avec l'Etat mongol de l'application de l'accord d'investissement.

En guise de perspectives pour 2013, Rio Tinto attend que la croissance de la Chine repasse cette année au-delà des 8%. Mais les incertitudes et la volatilité devraient rester de mise 'aussi longtemps que les problèmes structurels affectant l'Europe et les Etats-Unis ne seront pas résolus'.

Cette année comme en 2014, le groupe entend faire en sorte d'augmenter la rentabilité de ses activités via des mesures 'de réductions de coûts agressives' et de productivité.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...