Bourse > Rio tinto ord > Rio tinto ord : Imerys va pouvoir racheter son activité 'talc'
Rio Tinto OrdRio Tinto Ord RTZ - GB0007188757RTZ - GB0007188757
43.480 € -1.52 %
43.890 €Ouverture : -0.93 %Perf Ouverture : 44.400 €+ Haut : 43.290 €+ Bas :
43.480 €Clôture veille : 22 499Volume : -Capi échangé : -Capi. :

Rio tinto ord : Imerys va pouvoir racheter son activité 'talc'

tradingsat

(CercleFinance.com) - La Commission européenne a autorisé, en vertu du règlement de l'UE sur les concentrations, le projet d'acquisition de l'activité 'talc' du groupe d'exploitation minière anglo-australien Rio Tinto par l'entreprise française Imerys.

Après examen, la Commission est parvenue à la conclusion que l'opération ne modifierait pas de manière significative la structure du marché du talc, le plus tendre des minéraux connus dans le monde, et qui est utilisé dans un large éventail d'applications industrielles comme les céramiques, les articles en plastique, le papier et les cosmétiques.

Bien qu'Imerys ne soit pas actuellement présente dans le secteur du talc, son portefeuille compte divers minéraux industriels comme le kaolin et les carbonates de calcium qui peuvent être utilisés conjointement au talc, et/ou partiellement à la place de celui-ci, dans diverses applications finales.

La Commission a donc examiné dans quelle mesure certains minéraux présents dans le portefeuille d'Imerys pouvaient être considérés comme des substituts du talc et quels seraient les effets potentiels du projet d'acquisition dans ce cas de figure.

L'enquête de la Commission a révélé que l'opération n'aura aucune influence significative sur la structure des marchés des produits à base de talc pour les différentes applications finales ni d'incidence sur la motivation ou la capacité d'Imerys à conclure des stratégies de groupement anticoncurrentielles concernant le talc et d'autres minéraux industriels.

L'enquête de la Commission a aussi porté sur une relation verticale découlant du projet d'opération étant donné que le talc est une matière première utilisée par Imerys et d'autres entreprises dans la fabrication d'un type de céramiques réfractaires appelées supports de cuisson et destinées aux tuiles, aux articles sanitaires et à la vaisselle à l'intérieur du four lors de la cuisson.

L'enquête a confirmé que l'opération ne provoquerait pas l'éviction des concurrents fabriquant de tels supports de cuisson ou des autres fournisseurs de talc.

La Commission est donc parvenue à la conclusion que l'opération n'entraverait pas de manière significative le jeu d'une concurrence effective dans l'Espace économique européen (EEE) ou une partie substantielle de celui-ci.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...