Bourse > Renault > Renault : Renault s'excuse auprès de ses trois cadres, pélata reste
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
74.280 € -1.76 % Temps réel Euronext Paris
74.980 €Ouverture : -0.93 %Perf Ouverture : 74.980 €+ Haut : 73.690 €+ Bas :
75.610 €Clôture veille : 661 457Volume : +0.22 %Capi échangé : 21 966 M€Capi. :

Renault : Renault s'excuse auprès de ses trois cadres, pélata reste

Renault s'excuse auprès de ses trois cadres, pélata resteRenault s'excuse auprès de ses trois cadres, pélata reste

par Thierry Lévêque et Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Renault a présenté lundi ses excuses aux trois cadres qu'il avait injustement accusés d'espionnage au profit de la Chine ainsi que des mesures pour restaurer l'image du groupe, mais Carlos Ghosn a refusé la démission de son numéro deux Patrick Pélata.

Le procureur de Paris, Jean-Claude Marin, a confirmé que l'hypothèse de l'espionnage du profit d'une puissance étrangère était désormais abandonnée au profit de la piste d'une escroquerie au renseignement au détriment du groupe.

Les vérifications en Suisse et au Liechtenstein sur les comptes qu'étaient censés y détenir les trois cadres afin d'y percevoir des sommes d'argent pour prix de leurs prétendues actions illicites ont démontré qu'ils n'existaient pas, a dit le magistrat lors d'une conférence de presse.

"Nous nous orientons donc vers la possibilité d'une escroquerie au renseignement", a-t-il dit.

Les dirigeants de Renault, qui ont tenu lundi après-midi un conseil d'administration extraordinaire, ont immédiatement fait amende honorable en présentant aux cadres "leurs excuses et leurs vifs regrets" dans un communiqué.

Le P-DG Carlos Ghosn et le directeur général délégué Patrick Pélata, qui les recevront personnellement, "s'engagent à ce que réparation soit apportée aux trois cadres concernés et que leur honneur soit restauré aux yeux de tous", précise le groupe.

A l'issue du conseil d'administration, Renault a déclaré avoir refusé la démission de Patrick Pélata, qui avait dit la semaine dernière au Figaro que, si l'erreur était avérée, "nous en tirerons toutes les conséquences jusqu'au niveau le plus haut de l'entreprise, c'est-à-dire jusqu'à moi".

"Je ne voulais pas rajouter une crise à la crise", a expliqué Carlos Ghosn sur TF1. "Je pense qu'aujourd'hui l'intérêt de Renault (...) c'est de nous assurer que (...) notre mission d'amener des produits, de la technologie et de faire croître l'entreprise revienne au centre de nos préoccupations."

"IMMENSE SOULAGEMENT" D'UN DES CADRES

Pour tenter de restaurer son image ternie par cette affaire, Renault a annoncé que Carlos Ghosn et Patrick Pélata renonceront à la part variable de leur rémunération acquise au titre de 2010 et à tout bénéfice de stock-options pour l'exercice 2011.

Le P-DG de Renault-Nissan, patron le mieux payé des entreprises du CAC 40 en 2009 avec plus de neuf millions d'euros, renoncera à la part variable de sa rémunération acquise en 2010, soit 1,6 million d'euros. Il conservera la partie fixe de son salaire, 1,2 million d'euros.

En ce qui concerne Patrick Pélata, le montant de sa rémunération n'est pas rendu public.

Le groupe va également engager une refonte de sa gouvernance, chantier conduit par Carlos Ghosn et Patrick Pélata eux-mêmes, ainsi que par un administrateur indépendant.

Dans son communiqué, Renault souligne que toutes ces mesures ont été votées à l'unanimité du conseil d'administration, où siègent deux administrateurs salariés et deux administrateurs représentant l'État actionnaire.

Le groupe proposera également la réintégration et/ou l'indemnisation des trois cadres licenciés à tort.

Des procédures disciplinaires "adaptées" seront prises à l'encontre de trois membres de sa direction de la protection.

Les cadres licenciés, Bertrand Rochette, Matthieu Tenenbaum et Michel Balthazard, ont toujours protesté de leur innocence et ont porté plainte pour dénonciation calomnieuse ou diffamation.

Michel Balthazard ne réintégrera pas Renault, a annoncé son avocat Pierre-Olivier Sur sur RTL.

L'avocat de Matthieu Tenenbaum a pour sa part évoqué un "immense soulagement" et indiqué que son client attendait désormais "une démarche immédiate de la société Renault à son encontre pour réparer ce que M. Pélata a appelé 'la très grave injustice' qui l'a frappé."

LA DCRI PISTE L'ARGENT

L'affaire avait provoqué une vive réaction de Pékin mais Carlos Ghosn avait assuré détenir des "certitudes" de ce qu'il avançait contre les trois cadres licenciés.

Le principal suspect de l'escroquerie est Dominique Gevrey, un des responsables de la sécurité de Renault, mis en examen dimanche pour "escroquerie en bande organisée" et placé en détention, a dit le procureur de Paris.

Dominique Gevrey a été arrêté vendredi à Paris alors qu'il s'apprêtait à prendre l'avion pour la Guinée.

Le magistrat a dit ne pas contester la qualité de victime à la société, même si la plainte qu'elle a déposée en janvier ne comportait aucun élément matériel.

"On peut être léger et être victime (...) Renault n'est peut-être pas victime de salariés indélicats, elle est victime, en l'état de nos investigations, éventuellement, d'escrocs", a-t-il souligné. Renault s'est constitué partie civile.

L'enquête se poursuit pour arrêter d'éventuels complices et la thèse d'une manipulation visant à déstabiliser la société n'est pas totalement écartée, a ajouté Jean-Claude Marin.

La Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI) a établi qu'après réception en août 2010 d'une série de lettres anonymes mettant en cause deux cadres travaillant sur le projet de voiture électrique, le service de sécurité avait prétendu à la direction de Renault avoir confirmé les accusations.

Dominique Gevrey, qui est un ancien membre du renseignement militaire, avait assuré à Renault avoir obtenu les preuves d'une mystérieuse "source", dont il refuse aujourd'hui de livrer l'identité à la DCRI, a précisé le procureur.

Se réclamant de sa source, dont l'existence est mise en doute aujourd'hui, Dominique Gevrey a obtenu 310.000 euros et devait s'en faire payer encore 390.000 supplémentaires.

Il évoquait la possibilité d'obtenir les documents d'ouverture des supposés comptes bancaires à l'étranger des trois cadres, moyennant 924.000 de plus, a dit le procureur.

Dominique Gevrey a obtenu de Renault de pouvoir faire appel à un intermédiaire, Michel Luc, qui a produit de fausses factures de sociétés d'Algérie et de Dubaï destinés à justifier les paiements de Renault à la supposée "source".

La DCRI suit la piste de l'argent ainsi détourné, en Espagne et à Dubaï, a indiqué le procureur. Michel Luc a été entendu par les enquêteurs mais laissé libre car il aurait été de bonne foi, de même que deux autres dirigeants de la sécurité de Renault.

Les enquêteurs sont parvenus à déjouer la mystification en démontrant qu'un précédent licenciement de cadre, celui de Philippe Clogenson, venait également de Dominique Gevrey et était basé sur des fausses accusations de corruption.

avec Gérard Bon, Cyril Altmeyer et Helen Massy-Beresford, édité par Gregory Schwartz

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...