Bourse > Renault > Renault : Renault fabriquera à Dieppe des Bluecar Bolloré
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
80.100 € +2.61 % Temps réel Euronext Paris
78.790 €Ouverture : +1.66 %Perf Ouverture : 80.110 €+ Haut : 78.230 €+ Bas :
78.060 €Clôture veille : 1 286 820Volume : +0.44 %Capi échangé : 23 687 M€Capi. :

Renault : Renault fabriquera à Dieppe des Bluecar Bolloré

Renault fabriquera à Dieppe des Bluecar BolloréRenault fabriquera à Dieppe des Bluecar Bolloré

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Renault et Bolloré ont signé mardi un accord dans les voitures électriques prévoyant notamment la fabrication d'une partie des Bluecar d'Autolib dans l'usine de Dieppe du groupe au losange.

La citadine de Bolloré, surtout connue pour le système de libre-service francilien, était jusqu'ici intégralement assemblée en Italie dans une usine détenue initialement avec Pininfarina, designer du véhicule. Les Bluecar seront désormais produites également à Dieppe (Seine-Maritime) à compter du second semestre 2015.

Lancé fin 2011, le système d'autopartage Autolib exploite aujourd'hui plus de 2.500 Bluecar, et plus de 5.000 points de recharge à Paris et en banlieue parisienne sur les 10.000 environ que compte la France. L'objectif du groupe Bolloré est d'avoir 3.000 véhicules en circulation fin 2014, puis 4.000 en 2015.

L'un des rares succès de la voiture électrique - qui peine à décoller malgré un rebond des immatriculations cet été en France - le service a essaimé à Lyon, Bordeaux, Indianapolis, aux Etats-Unis, et à Londres. Il pourrait aussi séduire la ville de Singapour, où un appel d'offres s'ouvre ce mois-ci.

"Nous avons au moins une fois par semaine un maire d'une des très grandes villes du monde, qui vient se renseigner", a déclaré Vincent Bolloré, PDG du groupe diversifié, au cours d'une conférence de presse. "Cette alliance avec Renault nous donne la respectabilité, le poids industriel."

INCERTITUDE SUR LA PRODUCTION EN ITALIE

Dieppe, la plus petite des usines de Renault, emploie autour de 300 personnes et est spécialisée dans les modèles sportifs du groupe, comme la Clio RS. Dans un premier temps, la Bluecar continuera d'être pré-assemblée en Italie, Dieppe se contenant d'achever le montage de la voiture.

L'avenir de la production sur le sol italien, qui mobilise 300 personnes, dépendra des discussions entre Bolloré et Pininfarina au terme du contrat qui lie les deux groupes, fin 2016.

"Notre idée dans un premier temps, est de commencer à monter en force à Dieppe et de garder l'usine que nous avons près de Turin, mais celle-ci ne nous appartient pas, nous l'avons louée", a expliqué Vincent Bolloré. "Quand le contrat de location arrivera à échéance, on discutera avec nos amis italiens s'il faut continuer."

Si les volumes en question demeurent minimes, le projet avec Bolloré constitue une bonne nouvelle pour les sites français du constructeur, à la recherche de productions pour des tiers afin d'utiliser au mieux leurs capacités sur un marché européen toujours fragile. Bolloré produira 1.500 Bluecar en 2014, en Italie, et vise une production totale de 2.500 exemplaires en 2015.

Le partenariat, qui avait fait l'objet d'un protocole en septembre 2013, prévoit également la conception de la prochaine Bluecar trois places au Technocentre de Renault, situé à Guyancourt (Yvelines), ainsi que la production de ce modèle à Dieppe, et la création d'une coentreprise détenue à 70% par Bolloré et à 30% par Renault dans l'autopartage.

L'accord de JV envisage à terme la présence d'un tiers de voitures électriques Renault - Twizy puis Zoé - dans la flotte de véhicules en libre-service exploitée par le groupe Bolloré à Lyon (Bluely) et Bordeaux (BlueCub).

"Nous savons très bien que tant que les bornes ne se multiplieront pas, nous serons condamnés à des volumes de ventes relativement limités", a dit Carlos Ghosn. "C'est une préoccupation commune, c'est un lobbying commun."

Si le PDG Carlos Ghosn dit qu'il n'y a pas de "tabou" pour l'avenir, le partenariat entre les deux groupes ne concerne pas en revanche les batteries, sur lesquels tous deux ont choisi des chemins très différents. Bolloré continue à utiliser des batteries "lithium-métal-polymère", dites solides, fabriquées notamment dans son usine bretonne.

Pour ses propres véhicules électriques, assemblés à Flins, Maubeuge et en Espagne, Renault a opté de son côté pour des batteries liquides au lithium-ion dans le cadre de ses partenariats avec Nissan et NEC, d'une part, et LG d'autre part.

(Edité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...