Bourse > Renault > Renault : Renault déçoit après les bonnes nouvelles de PSA
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
74.280 € -1.76 % Temps réel Euronext Paris
74.980 €Ouverture : -0.93 %Perf Ouverture : 74.980 €+ Haut : 73.690 €+ Bas :
75.610 €Clôture veille : 661 457Volume : +0.22 %Capi échangé : 21 966 M€Capi. :

Renault : Renault déçoit après les bonnes nouvelles de PSA

(Tradingsat.com) - Renault a fait état ce matin de bénéfices en hausse de 83% au premier semestre, une progression spectaculaire mais jugée insuffisante aux yeux de la communauté financière, qui punit sévèrement le titre du constructeur en bourse.

"Après les excellentes nouvelles de PSA hier, les investisseurs avaient besoin d’un message plus fort de la part de Renault", a déclaré un analyste d’Evercore ISI cité par l’agence Dow Jones, dont les propos rejoignent ceux de Morgan Stanley qui préfère rester à l’écart de la valeur.

"Renault n’a pas aussi bien performé que Peugeot au niveau opérationnel et n’a que peu profité de la baisse des prix des matières et de l’impact positif des taux de change", a souligné la banque d’affaires américaine.

"Les constructeurs français ont profité d’une amélioration des perspectives économiques en Europe, mais aujourd’hui il y a un risque de retournement de tendance", a précisé le broker.

Chez Credit Suisse, on n’est pas plus confiant : "Les faibles performances de Renault au premier semestre, mais surtout les déclarations prudentes des dirigeants, confortent notre point de vue selon lequel l’ensemble du marché automobile européen n’est pas aussi robuste que la majorité des investisseurs le pensent", a confié le courtier.

L’action Renault plongeait jeudi après-midi de près de 8% sous les 83 euros, au plus bas depuis quatre mois, entraînant dans sa chute Peugeot, en repli de 4% à 18,1 euros.

L'autre information de cette journée du 30 juillet concerne l'évolution de l'actionnariat du groupe contrôlé par Carlos Ghosn. En effet, dans une interview publiée aujourd'hui par Le Monde, Emmanuel Macron a révélé que l'Etat allait céder les 5% du capital de Renault acquis au printemps pour obtenir le vote de droits de vote doubles chez le constructeur automobile.

L'Etat français a porté en avril à près de 20% sa participation dans Renault, dont il détenait auparavant 15%, pour s'assurer du rejet lors de l'assemblée générale annuelle du groupe d'une résolution s'opposant à l'attribution de droits de vote doubles pour les actionnaires présents depuis deux ans au capital.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...