Bourse > Renault > Renault : Renault confiant pour 2012 malgré l'europe
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
82.310 € +2.76 % Temps réel Euronext Paris
80.300 €Ouverture : +2.50 %Perf Ouverture : 82.610 €+ Haut : 80.300 €+ Bas :
80.100 €Clôture veille : 1 383 120Volume : +0.47 %Capi échangé : 24 341 M€Capi. :

Renault : Renault confiant pour 2012 malgré l'europe

tradingsat

par Gilles Guillaume

BOULOGNE-BILLANCOURT (Hauts-de-Seine), 16 février - Renault s'est montré jeudi plus confiant que son compatriote PSA en se fixant pour objectif de dégager un flux de trésorerie positif en 2012 malgré un environnement de marché toujours aussi volatil et concurrentiel en Europe.

En dépit de l'impact du tsunami au Japon et de la dégradation du marché européen depuis l'été dernier, le deuxième constructeur automobile français a enregistré l'an dernier un free cash-flow opérationnel de 1.084 millions d'euros dans ses activités automobiles, alors qu'il visait 500 millions.

Le montant affiché intègre 627 millions d'euros de variation favorable du besoin en fonds de roulement liée notamment à la maîtrise des stocks, ramenés à 52 jours, le bas de la fourchette visée par le constructeur.

Grâce à l'international (47% des ventes attendus en 2012) et à sa gamme low cost, le groupe au losange a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 42,63 milliards d'euros, en hausse de 9,4% et supérieur au consensus de 41,4 milliards d'euros calculé par Reuters à partir des estimations de 22 analystes.

"La bataille s'annonce rude en Europe en 2012", a prévenu le PDG Carlos Ghosn au cours d'une conférence de presse. "Mais si nous ne sommes pas très optimistes (...), nous prévoyons tout de même que l'année sera moins chahutée que 2011."

Par contraste, PSA a terminé l'année avec un free cash-flow négatif de 1,6 milliard d'euros, ce qui l'a contraint à annoncer de nouvelles économies et des cessions d'actifs pour traverser 2012 (voir ).

"Renault, c'est l'anti-Peugeot", commente David Arnold, analyste automobile chez Crédit suisse. "Le free cash-flow a été très vigoureux (...) et restera positif en 2012, une prévision que PSA n'a pas été en mesure de faire hier."

L'action Renault profitait de ces bons résultats, gagnant 2,7% à 37,18 euros vers 14h00 alors que le CAC 40 cédait 0,74% et l'indice européen de l'automobile 1,6%.

VERS UNE MEILLEURE VALORISATION DE RENAULT

Carlos Ghosn a refusé de quantifier le niveau de cash-flow attendu cette année, jugeant qu'un tel exercice ne serait "pas prudent" en raison des incertitudes qui planent toujours sur le marché européen, en chute libre en janvier et attendu en baisse de 3 à 4% en 2012.

Il a confirmé en revanche viser un free cash-flow cumulé de deux milliards d'euros sur les trois années 2011 à 2013.

Le cash dégagé par Renault en 2011 lui a permis de ramener sa dette nette automobile à un niveau historiquement bas de 299 millions d'euros, alors que dans l'intervalle la dette de PSA à doublé en six mois à 3,4 milliards.

Dans le cadre de son plan stratégique "Drive the change" dévoilé en février 2011, Renault vise aussi une marge de 5% en 2013 et 48 modèles au catalogue en 2016. Le groupe en attend une meilleure valorisation par le marché de son coeur de métier automobile: sa capitalisation boursière - 10,5 milliards d'euros à la clôture de mercredi - ne reflète en effet que la valeur des participations du groupe, ce qui implique une valorisation au mieux nulle pour Renault seul.

Carlos Ghosn a précisé que dans cette optique, l'objectif était de voir le groupe au losange contribuer au dividende, peut-être dès 2013, point d'étape du plan stratégique. Le dividende de 1,16 euro que le constructeur proposera de verser au titre de 2011 correspond aux dividendes reçus pour ses participations.

"Nous sommes sur le bon chemin, nous disposons de nombreuses opportunités", a ajouté le PDG du groupe. "Quand Renault entrera par exemple en Chine, on peut imaginer l'accélération de la croissance que l'on aura." Le groupe est actuellement en discussion avec Pékin pour produire sur place avec Nissan et son partenaire chinois. Les pourparlers devraient se conclure d'ici la fin de l'année.

"Les perspectives 2012 pour l'Europe sont aussi moroses que chez les autres généralistes, et le niveau des prix reste le principal sujet de préoccupation", résume Kristina Church, analyste chez Barclays Capital. "Mais Renault a réussi à compenser ces effets en multipliant ses voitures low cost et grâce à ses activités hors d'Europe, là où il gagne de l'argent."

LES PROJETS SE MULTIPLIENT

Réponse de Renault à la guerre des prix en Europe, la gamme low cost, la plus rentable du groupe avec une marge supérieure à 6%, va s'agrandir avec le monospace Lodgy produit au Maroc, et amorcer son renouvellement avec la nouvelle Sandero prévue en décembre.

Et contrairement à PSA, qui doit actuellement arbitrer entre ses projets à cause de sa situation financière, Renault multiplie les siens grâce notamment aux synergies offertes par ses partenaires.

Dans le cadre de son alliance avec Nissan, il étudie pour l'Inde des modèles moins chers que la Logan, un spectre qui va jusqu'à l'ultra low cost à 2.000 euros, et explore à l'autre bout un projet de berline haut de gamme basée sur une plateforme Mercedes dans le cadre de son partenariat avec Daimler. Ce projet est distinct de la nouvelle plateforme Espace-Laguna-VelSatis programmée pour 2014 avec Nissan.

Le résultat net, part du groupe, est ressorti à 2,09 milliards en 2011 - dont 1,5 milliard de contribution des sociétés associées, Nissan en tête - en ligne avec le consensus de deux milliards mais en baisse de 38,8% à cause de la comptabilisation en 2010 d'une plus-value sur des actions Volvo.

La marge opérationnelle est ressortie à 2,6% en 2011, contre 2,8% en 2010. Si l'on ôte l'activité bancaire RCI, la marge de l'automobile tombe à 0,8%, contre 1,1% l'année précédente.

Edité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...