Bourse > Renault > Renault : Renault a signé un protocole d'accord avec le chinois dongfeng
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
76.750 € +3.33 % Temps réel Euronext Paris
73.860 €Ouverture : +3.91 %Perf Ouverture : 76.980 €+ Haut : 73.670 €+ Bas :
74.280 €Clôture veille : 391 000Volume : +0.13 %Capi échangé : 22 697 M€Capi. :

Renault : Renault a signé un protocole d'accord avec le chinois dongfeng

Renault a signé un protocole d'accord avec le chinois dongfengRenault a signé un protocole d'accord avec le chinois dongfeng

par Laurence Frost

PARIS (Reuters) - Renault et le chinois Dongfeng Motor Group ont signé un protocole d'accord sur leur projet de coentreprise, ont indiqué vendredi à Reuters deux sources ayant connaissance du dossier, ce qui constitue une étape clé vers la production de voitures en Chine par le groupe français.

Dongfeng, deuxième constructeur chinois, est déjà associé en Chine à Nissan, le partenaire japonais de Renault.

Selon les sources, Renault et Dongfeng ont signé fin mars l'accord qui fixe les grandes lignes de leur future coentreprise et qui inclut notamment le projet de produire en commun un 4X4 et une voiture électrique.

Renault s'est refusé à faire un commentaire.

Après avoir laissé à Nissan le marché chinois en vertu d'un partage des zones géographiques entre les deux groupes, Renault s'est décidé à produire lui aussi des voitures en Chine à partir de 2014-2016.

Il est en discussions avec Dongfeng depuis plusieurs mois, et compte obtenir d'ici la fin de l'année le feu vert de Pékin à son implantation industrielle dans ce pays devenu en 2009 le premier marché automobile mondial.

Avant d'obtenir ce sésame, les candidats doivent présenter un dossier complet sur leurs projets communs (modèles, perspectives de ventes, approvisionnements en composants, sites industriels...)

Le protocole d'accord a été conclu juste avant un durcissement de la réglementation chinoise sur les investissements des constructeurs étrangers dans la production locale.

"Juste après, la fenêtre se refermait", a indiqué une des sources.

Les deux groupes peuvent maintenant engager des négociations formelles. L'objectif est de conclure un accord de JV d'ici la fin de l'année si les autorités donnent leur aval, a ajouté une des sources.

KOLEOS EN ÉCLAIREUR

Renault a nommé pour la première fois début mars un directeur des opérations en Chine, Katsumi Nakamura, qui a pris ses fonctions au début avril. Il a dirigé la JV entre Nissan et Dongfeng entre 2003 et 2008, date à laquelle il a rejoint le groupe Renault.

Le numéro deux du constructeur français, Carlos Tavares, avait annoncé en mars au salon de l'automobile de Genève que la gamme chinoise de Renault compterait au moins un véhicule électrique, à la demande des Chinois.

La mention d'un projet de type 4X4, segment très porteur en Chine, s'inscrit pour sa part dans la suite logique du Koleos, principal véhicule que Renault commercialise actuellement sur le sol chinois.

Importé de Corée et dérivé du QM5 de Samsung, la filiale sud-coréenne de Renault, ce véhicule a été présenté comme un éclaireur de la marque au losange en prévision d'un éventuel lancement à plus grande envergure sur le marché chinois.

Si les volumes restent relativement modestes, avec 24.000 exemplaires commercialisés en 2011, ils ont néanmoins bondi de 65% d'une année sur l'autre.

Carlos Tavares a indiqué à Genève que Renault avait l'intention de construire une usine en Chine. Pour accélérer son implantation, certains observateurs estiment que le groupe pourrait aussi choisir, du moins dans un premier temps, d'intégrer le dispositif industriel de Nissan.

Ce dernier compte actuellement trois sites d'assemblage en Chine, et selon le journal Nikkei, il a l'intention de construire une quatrième usine dans le nord-est du pays.

Le PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, a annoncé le 5 avril que Renault préparait "un investissement industriel majeur" en Chine. Une des sources a précisé que Renault et Dongfeng examinaient aussi des opportunités de coopérations industrielles avec la JV Nissan-Dongfeng, qui assemble déjà des 4X4 sur un châssis Nissan utilisé pour Koleos.

Le groupe Renault, qui développe actuellement son réseau de distributeurs en Chine, lorgne aussi le segment en plein boom des grandes berlines, où les Allemands se taillent la part du lion. Au salon de l'auto de Pékin, le 23 avril, le groupe va dévoiler la Talisman, version chinoise de la SM7 de Renault Samsung, dont la longueur atteint cinq mètres.

Avec Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...