Bourse > Renault > Renault : Nissan rejoint Renault-Sandouville pour son nouveau fourgon
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
74.280 € -1.76 % Temps réel Euronext Paris
74.980 €Ouverture : -0.93 %Perf Ouverture : 74.980 €+ Haut : 73.690 €+ Bas :
75.610 €Clôture veille : 661 457Volume : +0.22 %Capi échangé : 21 966 M€Capi. :

Renault : Nissan rejoint Renault-Sandouville pour son nouveau fourgon

Nissan rejoint Renault-Sandouville pour son nouveau fourgonNissan rejoint Renault-Sandouville pour son nouveau fourgon

PARIS (Reuters) - Renault assemblera dans son usine de Sandouville (Seine-Maritime) un fourgon pour son partenaire Nissan, troisième constructeur automobile à jeter son dévolu sur ce site de production d'utilitaires.

Sandouville, qui fabrique depuis 2014 le fourgon Renault Trafic, assemble sur la même chaîne l'Opel Vivaro (groupe General Motors) et se prépare à accueillir la production d'un fourgon pour Fiat.

Renault précise dans un communiqué que la production du Nissan NV300, véhicule qui remplacera l'actuel Primastar, générera un volume complémentaire prévisionnel de 100.000 véhicules sur dix ans (2016-2026). L'an dernier, l'usine de Sandouville a produit 93.000 Renault Trafic.

Reuters avait rapporté en 2013 que Nissan songeait pour son prochain fourgon à suivre son partenaire français qui a relocalisé de Barcelone à Sandouville la production du Trafic.

Renault produit également pour Mercedes (Daimler) le Citan à l'usine de Maubeuge (Nord) et un grand fourgon pour Opel et Nissan à Batilly (Meurthe-et-Moselle). L'usine de Flins (Yvelines), qui produit actuellement les Renault Zoé et Clio, accueillera par ailleurs prochainement la nouvelle Micra de Nissan.

Les ventes aux partenaires jouent un rôle croissant dans le chiffre d'affaires de Renault et ont largement contribué à remonter le niveau de production du groupe en France, attendu à plus de 710.000 véhicules cette année, contre 660.000 en 2015.

"Cela a beaucoup renforcé notre production en France, mais en même temps il y a aussi la croissance de la marque Renault en Europe", a souligné le PDG Carlos Ghosn dans la matinée au cours d'une audition devant la commission des Affaires économiques de l'Assemblée nationale.

L'engagement pris sur la production et le maintien des sites moyennant des concessions sur les salaires, les effectifs, la durée et la flexibilité du travail, était au coeur de l'accord de compétitivité signé en France en 2013.

Carlos Ghosn s'est redit favorable à la signature d'un nouveau contrat pour la période 2017-2019: "J'ai déjà pris contact personnellement avec l'ensemble des leaders syndicaux qui ont des représentations chez Renault en disant: 'nous avons la ferme intention de recommencer'."

"Ce que voulons, c'est mettre à profit l'année 2016 pour mettre sur la table les préoccupations au sein de l'entreprise, de quoi elle a besoin pour continuer sur sa lancée au cours des trois prochaines années et (...) refaire un contrat de compétitivité (...) avec des engagements de part et d'autre très clairs, assumés", a ajouté Carlos Ghosn.

(Gilles Guillaume, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2016 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...