Bourse > Renault > Renault : Ghosn voit les premières voitures autonomes sur les routes en 2018
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
81.430 € -1.07 % Temps réel Euronext Paris
82.150 €Ouverture : -0.88 %Perf Ouverture : 82.810 €+ Haut : 81.130 €+ Bas :
82.310 €Clôture veille : 795 886Volume : +0.27 %Capi échangé : 24 081 M€Capi. :

Renault : Ghosn voit les premières voitures autonomes sur les routes en 2018

Ghosn voit les premières voitures autonomes sur les routes en 2018Ghosn voit les premières voitures autonomes sur les routes en 2018

PARIS (Reuters) - Renault-Nissan s'attend à voir les premières voitures à conduite autonome apparaître sur les routes d'ici quatre ans à condition que la réglementation ait évolué d'ici là, a déclaré mardi le PDG des deux constructeurs Carlos Ghosn.

"On peut établir la séquence actuelle: 2018, premiers véhicules sur les routes dans les pays pionniers que sont aujourd'hui les Etats-Unis, le Japon et la France; 2020, c'est un début de commercialisation en Europe", a-t-il dit au cours d'un déjeuner à l'Automobile Club de France.

"Le problème n'est pas la technologie, c'est la législation, et tout la question des responsabilités qui va avec les déplacements de ces voitures", a-t-il ajouté. "Et surtout qui est responsable à partir du moment où il n'y a plus personne dedans."

Carlos Ghosn est à la tête du projet "véhicules à pilotage autonome", l'un des 34 chantiers de la "nouvelle France industrielle" lancés fin 2013 par le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg.

Renault a développé le prototype Next 2, une Zoé qui permet de lâcher les commandes à moins de 30 kilomètre/heure grâce aux informations du GPS, des caméras et capteurs embarqués, mais qui exige toujours la présence d'un conducteur derrière le volant.

Précurseur avec sa Google Car, l'américain Google travaille lui déjà sur un test grandeur nature avec une cinquantaine de voitures autonomes sur les routes de Californie, tout comme Volvo en Suède.

Le prototype de Renault évolue pour sa part uniquement sur circuit fermé, mais le constructeur et le gouvernement étudient désormais chaque semaine au sein d'un groupe de travail l'évolution du code de la route, des panneaux de signalisation, des marquages au sol et du régime des assurances qu'implique la circulation de tels véhicules au beau milieu du trafic.

(Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...