Bourse > Renault > Renault : Crédit suisse attend un 'vote de confiance'
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
80.070 € +2.57 % Temps réel Euronext Paris
78.790 €Ouverture : +1.62 %Perf Ouverture : 80.070 €+ Haut : 78.230 €+ Bas :
78.060 €Clôture veille : 866 282Volume : +0.29 %Capi échangé : 23 678 M€Capi. :

Renault : Crédit suisse attend un 'vote de confiance'

tradingsat

(CercleFinance.com) - Crédit Suisse a réitéré ce matin son conseil 'neutre' sur le titre du constructeur automobile au losange Renault ce matin, bien que son objectif de cours soit de 45 euros. Selon les analystes, le management du groupe souffre d'un défaut de confiance qu'il est en mesure de combler, par exemple en revisitant l'alliance Renault-Nissan. En Bourse de Paris, l'action Renault prenait 1,3% ce matin à 26,6 euros.

Les spécialistes estiment qu'à son cours actuel, qui se compare à un actif net par action de 78 euros, “valoriser Renault est un exercice essentiellement académique”. Selon les derniers cours sur la place boursière de Tokyo, la seule participation du groupe français dans Nissan vaut là bas environ 13,4 milliards d'euros, alors que le groupe capitalise moins de 8 milliards d'euros en Bourse de Paris !

“Ce dont Renault a besoin est d'un 'vote de confiance' de sa direction témoignant de sa capacité à atteindre ses objectifs”, juge la note de recherche.

“Que le groupe pourrait-il faire de mieux que réduire sa part dans Nissan et racheter ses propres actions au bas niveau où elles sont tombées ?”, s'interrogent les analystes, qui verraient favorablement une réduction de la participation de Renault dans Nissan de 43,4% à 33%. Le contrôle de l'alliance ne serait pas modifié dans ces conditions.

“Hormis pendant la crise financière, nous n'avons pas retrouvé la trace d'une décote aussi importante que présente Renault aujourd'hui”, calcule Crédit Suisse.

La simple cession de 10,4% de Nissan rapporterait, au cours du jour, 3,2 milliards d'euros, soit 41% de la capitalisation boursière actuelle de Renault.

Certes, “nous n'attendons pas de Renault qu'il annonce la réorganisation de sa structure à court terme”, indiquent les analystes. Mais ils ne voient pas non plus de raisons qui justifieraient de ne pas le faire. Si le 'déblocage de valeur' est à l'ordre du jour chez Renault, 'peut-être le management devrait-il essayer de s'y mettre avec un peu plus d'ardeur'.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés. Les informations et analyses diffusées par Cercle Finance ne constituent qu'une aide à la décision pour les investisseurs. La responsabilité de Cercle Finance ne peut être retenue directement ou indirectement suite à l'utilisation des informations et analyses par les lecteurs. Il est recommandé à toute personne non avertie de consulter un conseiller professionnel avant tout investissement. Ces informations indicatives ne constituent en aucune manière une incitation à vendre ou une sollicitation à acheter.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...