Bourse > Renault > Renault : Aston Martin compterait lever des fonds pour élargir sa gamme
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
74.280 € -1.76 % Temps réel Euronext Paris
74.980 €Ouverture : -0.93 %Perf Ouverture : 74.980 €+ Haut : 73.690 €+ Bas :
75.610 €Clôture veille : 661 457Volume : +0.22 %Capi échangé : 21 966 M€Capi. :

Renault : Aston Martin compterait lever des fonds pour élargir sa gamme

Aston Martin compterait lever des fonds pour élargir sa gammeAston Martin compterait lever des fonds pour élargir sa gamme

par Laurence Frost et Costas Pitas

PARIS/LONDRES (Reuters) - Aston Martin se prépare à lever de nouveaux fonds pour élargir sa gamme à des types de voitures inédits pour lui et tenter d'accélérer son redressement sous la houlette de son nouveau directeur général Andy Palmer, a-t-on appris de deux sources proches du dossier.

Le constructeur britannique de voitures de sport de luxe, toujours déficitaire, prévoit d'émettre de nouvelles actions ou obligations et de prolonger de trois ans, à 2020, son plan de restructuration en cours afin d'ajouter à son catalogue des crossover/4X4, la silhouette en vogue à l'heure actuelle, des berlines quatre portes et des motorisations hybrides.

"C'est une expansion de la gamme actuelle de modèles", a indiqué une des sources.

A l'écran marque favorite de James Bond depuis les années 1960, Aston Martin reste un tout petit challenger dans l'industrie automobile britannique haut de gamme toujours dominée par Jaguar Land Rover, propriété de l'indien Tata. Les deux groupes sont voisins dans le paisible village de Gaydon, dans la campagne anglaise du Warwickshire.

Malgré la notoriété de ses bolides "grand tourisme" à plus de 100.000 euros, Aston Martin souffre d'une gamme vieillissante et d'un déficit d'investissement. Avec seulement 4.200 livraisons l'an dernier, contre 7.300 en 2007, avant la crise, le groupe a largement raté le boom du marché mondial de l'automobile premium, qui a presque doublé de taille en cinq ans.

JUSQU'À 200 MILLIONS D'EUROS

Pour y remédier, le groupe examine actuellement plusieurs options pour financer un plan stratégique plus ambitieux, ont indiqué les sources, et réfléchit à la manière d'optimiser son besoin en fonds de roulement grâce à une gestion plus efficace de ses stocks de véhicules et de composants.

Aston Martin pourrait lever entre 100 et 150 millions de livres sterling (130-190 millions d'euros) et les actions nouvelles seraient proposées aux investisseurs actuellement présents dans le groupe, a indiqué une source proche des discussions sur la stratégie.

Aston Martin et les fonds de private equity Kuwait Investment Dar et Investindustrial, qui détiennent la majorité du capital, ont refusé de faire un commentaire.

Les deux fonds, basés respectivement au Koweït et en Italie, contrôlent à eux deux 93% d'Aston Martin, une participation acquise lors des différentes recapitalisations qui ont suivi la vente par Ford en 2007.

Daimler détient quant à lui 5% du groupe britannique dans le cadre d'un partenariat stratégique conclu l'an dernier et prévoyant un transfert de moteurs et de technologies de Mercedes vers Aston Martin.

RENDEZ-VOUS À GENÈVE

La marque anglaise a déjà commencé à rajeunir ses modèles dans le cadre d'un plan d'investissement de 500 millions de livres (environ 630 millions d'euros) mis sur pied en 2012, quand Investindustrial a payé 150 millions de livres pour 37,5% du capital.

La remplaçante de la DB9 est ainsi programmée pour la fin 2016, et le retour aux bénéfices espéré l'année suivante.

Cinquante ans après la célèbre DB5 grise de "Goldfinger", le concept-car DB10, aux optiques effilées et à la calandre béante dévoilée la semaine dernière à l'occasion de la présentation des principaux acteurs du prochain James Bond, "Spectre", pourrait donner un avant-goût des futurs codes stylistiques de la marque, mais ne sortira pas tel quel de l'atelier de Gaydon.

"Nous ne fabriquerons que dix de ces voitures pour les besoins du film, ce qui en fera la DB la plus exclusive jamais produite", a déclaré Andy Palmer au cours d'une grande soirée organisée pour l'occasion. "Et vous ne serez pas surpris d'entendre que l'année qui se profile va être très occupée, à tous les niveaux."

Très occupée, 2014 l'aura déjà été avec le rappel de 17.590 voitures pour remplacer dans les pédales d'accélérateur un composant en plastique contrefait, et un sursis in extremis pour conformer certains de ses coupés et cabriolets aux normes américaines sur les protections contre les chocs latéraux.

La marge de manoeuvre d'Andy Palmer, venu de Nissan reste toutefois limitée par l'existence d'une dette de 410 millions de livres, et par une très mauvaise notation crédit. Aston Martin a accusé une perte nette de 16,7 millions de livres l'an dernier.

La nouvelle stratégie du groupe devrait être dévoilée au salon de l'auto de Genève, en mars. Selon une source, de nouvelles silhouettes permettraient de porter à près de 10.000 les ventes annuelles, si la partie voitures de sport se redresse et atteint son objectif de 7.500 unités.

Andy Palmer a déjà laissé entendre qu'il voyait un potentiel plus grand pour la limousine Taraf introduite en petits volumes au Moyen-Orient sous la marque cousine Lagonda. Dieter Zetsche, président du directoire de Daimler, a évoqué de son côté le partage d'une architecture 4X4 avec Aston Martin.

Les deux hommes se connaissent bien depuis que Daimler, Renault et Nissan ont commencé à travailler ensemble sur des partages de composants et de programmes, en 2010.

(Gilles Guillaume pour le service français, édité par Dominique Rodriguez)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...