Bourse > Renault > Renault : 7 500 suppressions de postes envisagées en France d'ici 2016
RENAULTRENAULT RNO - FR0000131906RNO - FR0000131906
74.280 € -1.76 % Temps réel Euronext Paris
74.980 €Ouverture : -0.93 %Perf Ouverture : 74.980 €+ Haut : 73.690 €+ Bas :
75.610 €Clôture veille : 661 457Volume : +0.22 %Capi échangé : 21 966 M€Capi. :

Renault : 7 500 suppressions de postes envisagées en France d'ici 2016

RENAULTRENAULT

(Tradingsat.com) - Renault s'est fixé mardi l'objectif d'abaisser le point mort de l'entreprise afin de "retrouver des marges de manœuvre pour investir et développer ses activités", dans un environnement toujours incertain à court terme en Europe.

Pour y parvenir, le constructeur automobile veut réduire ses effectifs de l’ordre de 7 500 à horizon 2016 en France, comptant notamment sur les départs naturels et ceux liés au dispositif GPEC en cours que le groupe estime à 5 700.

En 2011, le point mort de l’entreprise était trop proche des 2,72 millions de véhicules vendus, représentant un risque pour l’entreprise, a fait valoir Renault dans un communiqué.

Compte tenu des variations de marchés constatées ces dernières années et de la persistance d’incertitudes à court terme en Europe, Renault considère nécessaire d’abaisser son point mort à 12% au-dessous du niveau des ventes 2011.

L’objectif de baisse des effectifs sur la période 2013-2016 contribuerait ainsi, selon Renault, à une économie sur les frais fixes de l’ordre de 400 millions d’euros.

A l’horizon 2016, dans la perspective d’une restauration progressive du marché européen, la mise en place d’un tel accord permettrait ainsi d’avoir une croissance de la production en France plus soutenue que celle du marché européen, a précisé la marque au losange.

"Lors de cette nouvelle séance, nous avons réaffirmé notre volonté de maintenir en France les activités corporate et cœur de métier de Renault, tout en mettant en œuvre les actions nécessaires pour abaisser le point mort et préserver la capacité d’investissement de l’entreprise. Ainsi, si un accord était signé avec les organisations syndicales, ce redéploiement des effectifs ne nécessiterait ni fermeture de site, ni plan de sauvegarde de l’emploi, ni plan de départ volontaire", a déclaré Gérard Leclercq, directeur des opérations France de Renault.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...