Bourse > Remy cointreau > Remy cointreau : La croissance organique 2010-2011 de rémy cointreau ralentit
REMY COINTREAUREMY COINTREAU RCO - FR0000130395RCO - FR0000130395
84.390 € 0.00 % Temps réel Euronext Paris
-Ouverture : -Perf Ouverture : -+ Haut : -+ Bas :
85.980 €Clôture veille : -Volume : 0.00 %Capi échangé : 4 194 M€Capi. :

Remy cointreau : La croissance organique 2010-2011 de rémy cointreau ralentit

tradingsat

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Rémy Cointreau a annoncé jeudi un chiffre d'affaires annuel dont la progression a été freinée par les contre-performances de son brandy grec et par le recul de ses ventes au quatrième trimestre, mais a dit tabler sur une hausse de ses résultats annuels proche de celle du premier semestre.

Le numéro deux français des spiritueux derrière Pernod Ricard a vu ses ventes augmenter de 12,4% à 908,1 millions d'euros pour son exercice clos le 31 mars, un chiffre proche des attentes des analystes interrogés par Reuters qui tablaient en moyenne sur 910 millions d'euros.

Sa croissance organique a ralenti à 6,4% (contre 10,5% au troisième trimestre et 12% au cours de l'exercice précédent), plombée par la chute de ses ventes de son Metaxa, affecté par la crise grecque, et par un recul global des ventes (-5,8% en données comparables) au 4e trimestre (à 213,2 millions d'euros).

Le propriétaire du cognac Rémy Martin, de la liqueur Cointreau ou du brandy St-Rémy avait averti, fin janvier, que ses ventes du dernier trimestre seraient ralenties, compte tenu d'un comparatif difficile - celles du 4e trimestre 2009-2010 avaient bondi de 100%, dopées par une base de comparaison rendue très favorable par la sortie, un an plus tôt, du réseau de distribution Maxxium - et de l'impact calendaire d'un nouvel an chinois 2011 plus précoce qu'en 2010.

Malgré ce ralentissement, le groupe a confirmé prévoir une "solide" progression de son résultat opérationnel courant 2010-2011. Interrogé lors d'une conférence téléphonique sur la progression attendue, le directeur financier du groupe, Frédéric Pflanz, a estimé qu'elle se situerait "aux alentours" des 8,4% de croissance organique enregistrés au premier semestre, dans le périmètre actuel du groupe.

OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES

Il a précisé que Rémy Cointreau était "très content" de l'avancement des discussions sur la cession de ses champagnes Piper-Heidsieck et Charles Heidsieck au groupe EPI (Société européenne de participations industrielles) et que l'étape des obligations réglementaires était actuellement en cours.

Aucune indication n'a été donnée concernant le montant de la transaction, mais les analystes interrogés par Reuters estiment cet actif, qui comporte également de précieux contrats d'approvisionnement en raisins qui sécurisent les livraisons, aux environs de 400 millions d'euros, soit plus de quatre fois le chiffre d'affaires des deux marques.

Toutes les divisions du groupe ont souffert au quatrième trimestre, y compris le cognac (-4%). Les liqueurs et spiritueux ont reculé de 7% et les champagnes, dont le groupe négocie ainsi la vente actuellement, ont chuté de 15%.

Sur l'ensemble de l'année, les ventes de cognac (50% du chiffre d'affaires), tirées par la consommation asiatique et les flux touristiques, ont grimpé de 12% en données comparables, tandis que celles des liqueurs et spiritueux ont baissé de 3,7% et que celles des champagnes ont pris 4,6%.

Très peu exposé au Japon (moins de 2% du chiffre d'affaires), Rémy Cointreau n'a guère été affecté par le séisme et le tsunami qui ont frappé le pays en mars.

Après des chiffres jugés sans grande surprise par les analystes, le titre recule de 1,4% à la Bourse de Paris à 11h15, à 53,95 euros, signant une hausse de 1,9% depuis janvier et surperformant l'indice européen de l'agroalimentaire qui recule de 1,7% sur la période.

La valeur se traite sur des multiples de valorisation nettement supérieurs à ceux de ses principaux concurrents, Pernod Ricard et Diageo. Aux niveaux actuels, elle s'échange ainsi à plus de 20 fois les résultats estimés pour 2011, contre 16,9 fois pour Pernod et 15,4 fois pour Diageo.

Edité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2011 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...