Bourse > Publicis groupe sa > Publicis groupe sa : Publicis décroche au 2e trimestre, temporise sur ses objectifs
PUBLICIS GROUPE SAPUBLICIS GROUPE SA PUB - FR0000130577PUB - FR0000130577
61.070 € +0.63 % Temps réel Euronext Paris
60.860 €Ouverture : +0.35 %Perf Ouverture : 61.110 €+ Haut : 60.510 €+ Bas :
60.690 €Clôture veille : 190 444Volume : +0.08 %Capi échangé : 13 787 M€Capi. :

Publicis groupe sa : Publicis décroche au 2e trimestre, temporise sur ses objectifs

Publicis décroche au 2e trimestre, temporise sur ses objectifsPublicis décroche au 2e trimestre, temporise sur ses objectifs

par Gwénaëlle Barzic et Leila Abboud

PARIS (Reuters) - Publicis a prévenu mardi qu'il lui serait "très difficile" d'atteindre sa prévision de croissance du chiffre d'affaires pour 2014 après un coup de frein brutal au deuxième trimestre, conséquence notamment du projet de fusion avorté avec Omnicom qui a accaparé ses équipes pendant plusieurs mois.

Sur la période d'avril à juin, le troisième groupe publicitaire mondial a enregistré des revenus de 1,76 milliard d'euros, en croissance organique de 0,5% contre une hausse de 3,3% au premier trimestre.

Le marché tablait en moyenne sur un chiffre d'affaires de 1,875 milliard, selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S.

"Nous pensions qu'il y aurait une petite baisse. Le ralentissement a été plus marqué", a déclaré à des journalistes le président du directoire, Maurice Lévy, qui a évoqué l'impact des changes, le retournement de l'activité en Europe mais aussi le temps perdu par ses équipes sur le projet de mariage avorté.

"En ce qui concerne l'état-major (...), nous avons énormément travaillé et ceci a été au détriment de ce que nous pouvions faire par ailleurs".

LE PLAN STRATÉGIQUE REVU MI-SEPTEMBRE

Contraint désormais au cavalier seul, Publicis travaille à une révision de son plan stratégique à horizon 2018 afin d'accélérer sa transition vers le numérique pour "rattraper le temps perdu", a expliqué le dirigeant.

Les responsables d'entités ont chacun apporté leurs contributions en vue de l'élaboration d'une nouvelle mouture qui sera remise au conseil de surveillance mi-septembre, a précisé Maurice Lévy qui a réaffirmé les principaux objectifs contenus dans le plan.

A plus court terme en revanche, il sera "très difficile" pour Publicis d'atteindre sa prévision d'une croissance organique supérieure à 4% en 2014 après le décrochage du deuxième trimestre, a prévenu le dirigeant.

Outre le mariage raté avec Omnicom, Publicis a souffert de l'euro fort qui a grevé ses revenus de 81 millions d'euros, du retournement de l'activité en Europe après une embellie au premier trimestre qui aura été de courte durée ainsi que du report ou de l'annulation de certains budgets.

Sur l'ensemble du semestre, la marge opérationnelle a reculé pour s'établir à 13,0% contre 13,7% l'an dernier.

A titre de comparaison, l'américain Interpublic, le seul autre grand groupe publicitaire à avoir publié ses chiffres, a fait état d'une croissance organique de 4,7% pour la même période. Sa marge opérationnelle s'est également nettement améliorée mais elle plafonne à 5,3% sur le semestre.

"Il n'y a pas de quoi s'alarmer", a souligné Maurice Lévy, évoquant un deuxième semestre qui devrait être supérieur au premier et des signaux "positifs" et "encourageants" pour le trimestre en cours.

Le titre Publicis avait clôturé lundi en repli de 0,99% à 58,87 euros, donnant une capitalisation boursière de 12,68 milliards d'euros. Depuis le début de l'année, il enregistre une baisse de 11,49%.

(édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...