Bourse > Plastic omnium > Plastic omnium : Plastic Omnium gonfle d'un tiers avec les pare-chocs de Faurecia
PLASTIC OMNIUMPLASTIC OMNIUM POM - FR0000124570POM - FR0000124570
28.175 € -1.52 % Temps réel Euronext Paris
28.605 €Ouverture : -1.50 %Perf Ouverture : 28.605 €+ Haut : 28.020 €+ Bas :
28.610 €Clôture veille : 116 338Volume : +0.08 %Capi échangé : 4 296 M€Capi. :

Plastic omnium : Plastic Omnium gonfle d'un tiers avec les pare-chocs de Faurecia

Plastic Omnium va racheter les pare-chocs de FaureciaPlastic Omnium va racheter les pare-chocs de Faurecia

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Plastic Omnium a signé lundi un protocole d'accord avec Faurecia en vue de lui racheter son activité pare-chocs, une opération qui lui permettra de gonfler de plus d'un tiers son chiffre d'affaires et d'accroître sa spécialisation dans les pièces extérieures de voitures.

L'activité, la plus petite de Faurecia dont elle représente 10% du chiffre d'affaires, intégrera un ensemble qui représentera le plus gros métier de Plastic Omnium. Avec 7.700 emplois, dont 2.000 en France, la branche a généré l'an dernier un chiffre d'affaires de deux milliards d'euros, réalisé pour moitié en Allemagne avec notamment les marques haut de gamme.

"Cette activité est complémentaire de notre activité puisque Plastic Omnium est déjà présent dans de nombreux pays avec ses éléments de carrosserie, ailes, portes et pare-choc peints (...) mais nous n'étions plus présents en Allemagne même, au niveau industriel", a expliqué Laurent Burelle, PDG de l'équipementier, au cours d'une téléconférence.

L'équipementier entend ainsi accroître ses capacités technologiques dans l'allègement des véhicules et la réduction des émissions polluantes. De son côté, Faurecia entend accélérer ses investissements sur les trois autres pôles d'activité qui lui restent: les systèmes d'échappement, les sièges et les intérieurs.

D'une valeur d'entreprise de 665 millions d'euros, l'opération devrait être finalisée courant 2016, ont ajouté les deux groupes. Elle portera le chiffre d'affaires de Plastic Omnium à plus de huit milliards d'euros tandis que du côté de Faurecia, elle permettra d'effacer la quasi totalité de la dette, grâce aussi au remboursement anticipé de l'obligation convertible annoncé le 7 décembre.

Au 30 juin, l'endettement net de Faurecia se montait à 1,13 milliard d'euros. Au cours d'une téléconférence, le directeur financier Michel Favre a indiqué que le groupe confirmerait tous ses objectifs lors de la publication de ses résultats annuels, en février 2016.

L'équipementier, détenu environ pour moitié par PSA Peugeot Citroën, a précisé que son activité composites, son usine travaillant pour Smart à Hambach (Moselle) et deux co-entreprises du groupe au Brésil et en Chine ne faisaient pas partie du projet conclu avec Plastic Omnium.

UNE ACQUISITION STRUCTURANTE POUR PLASTIC OMNIUM

Plastic Omnium a souligné de son côté qu'aucune restructuration n'était prévue sur les sites rachetés, dont quatre sont situés en France. Pour le groupe, il s'agit de la plus grosse opération de croissance externe depuis cinq ans.

"Elle est dans la lignée des acquisitions structurantes des 30 dernières années", a indiqué Jean-Michel Szczerba, directeur général du groupe. "Elles ont changé la face de Plastic Omnium, et nous ont amené encore à progresser, c'est comme cela que nous considérons cette acquisition aujourd'hui."

Le groupe ne s'attend pas à des difficultés particulières auprès de la Commission européenne, quand celle-ci se penchera sur le projet après la signature du SPA (Share and purchase agreement) attendue fin mars-début juin. Mais si l'autorité de la concurrence demande des remèdes, des sous-ensembles comme les Front End Modules (FEM) pourraient servir de variable d'ajustement.

L'action Plastic Omnium a clôturé lundi à 25,25 euros (-3,55%) faisant ressortir une capitalisation boursière de 3,9 milliards d'euros. Elle inscrit un gain de 11,65% depuis le début de l'année. De son côté Faurecia a fini en baisse de 1,54%, ramenant sa capitalisation boursière à 4,3 milliards.

(Noëlle Mennella et Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Copyright © 2015 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...