Bourse > Peugeot > Peugeot : Vif rebond du titre, Montebourg protège le diesel
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
13.940 € -0.92 % Temps réel Euronext Paris
13.935 €Ouverture : +0.04 %Perf Ouverture : 14.055 €+ Haut : 13.725 €+ Bas :
14.070 €Clôture veille : 3 061 060Volume : +0.38 %Capi échangé : 11 288 M€Capi. :

Peugeot : Vif rebond du titre, Montebourg protège le diesel

PEUGEOTPEUGEOT

(Tradingsat.com) - Peugeot voit son cours de bourse flamber mercredi de plus de 8%, refranchissant les 6 euros. Le groupe automobile, qui expliquait hier à l’occasion de l’ouverture du salon de Genève, ne pas observer de dégradation du marché automobile européen par rapport à ses première estimations, profite également des dernières déclarations d’Arnaud Montebourg sur les moteurs diesel.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, a en effet assuré mardi 5 mars qu'il n'y aurait "pas de décision en 2013" du gouvernement sur une éventuelle augmentation de la fiscalité sur le diesel.

PSA Peugeot Citroën est un grand spécialiste du diesel depuis les années 80, le développement du constructeur dans ce domaine ayant été largement favorisé par une fiscalité française avantageuse pour le gazole au détriment de l’essence. Si bien que le parc automobile français s’est rapidement diésélisé au fil des années, la part des véhicules diesel avoisinant aujourd'hui les 60%. En 2012, le diesel a représenté 80,1% des carburants consommés en France selon l'Union française des industries pétrolières.

Dans un rapport dévoilé par le journal Libération le 1er mars, la Cour des comptes a expliqué que l’écart important de taxation entre l’essence et le gazole représentait un manque à gagner important pour l'Etat, de l'ordre de près de 7 milliards d'euros en 2011.

Mais la question du diesel est avant tout un problème de santé publique. Les gaz d’échappement des moteurs diesel ont en effet été classés comme "cancérigènes certains" par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en juin 2012. Les experts du CIRC (Centre international de Recherche sur le Cancer) ont établi un lien direct entre le diesel et le cancer du poumon et le risque de cancer de la vessie. Selon l'OMS, la pollution aux particules fines des moteurs diesel serait responsable chaque année dans l'Hexagone de 42 000 morts prématurées, soit 5 % des décès annuels.

Pour Arnaud Montebourg, "le problème de santé publique lié au diesel est derrière nous et non pas devant nous, c'est un problème lié au parc ancien de véhicules diesel". Un avis qui est loin de faire l'unanimité. D'une part, parce que les moteurs diesel émetttraient jusqu'à trois fois plus d'oxyde d'azote, un gaz dangereux, que les moteurs essence. D'autre part, si le filtre à particules (inventé par Peugeot et adopté par toutes les marques) semble bien fonctionner en apparence, des particules se reformeraient plus loin avec le refroidissement des gaz. Enfin, les particules les plus fines (nanoparticules), les plus nocives, ne seraient arrêtées que de façon imparfaite par les filtres existants.

C'est pour ces raisons que le député socialiste Jean-Marie le Guen et le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé ont appelé en septembre dernier à bannir d'ici à trois ans le carburant dans les grandes agglomérations. L'occasion de rappeler que le Japon à interdit il y a bien longtemps le diesel dans ses centres-ville.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...