Bourse > Peugeot > Peugeot : Semaine noire pour PSA en Bourse, l'une des pires depuis cinq ans
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
14.490 € +1.40 % Temps réel Euronext Paris
14.345 €Ouverture : +1.01 %Perf Ouverture : 14.490 €+ Haut : 14.225 €+ Bas :
14.290 €Clôture veille : 1 718 570Volume : +0.21 %Capi échangé : 11 733 M€Capi. :

Peugeot : Semaine noire pour PSA en Bourse, l'une des pires depuis cinq ans

PEUGEOTPEUGEOT

(Tradingsat.com) - Peugeot chute de près de 12% ce vendredi après-midi à Paris, autour des 9,36 euros, signant l'une des pires semaines boursières de son histoire au lendemain d'une série d'annonces capitales pour l'avenir du constructeur en difficulté.

Il faut remonter plus de cinq ans en arrière pour retrouver une performance hebdomadaire aussi mauvaise, au début du mois d'octobre 2008 plus précisément, durant lequel l'action avait plongé de 23,4%. Cette semaine, les pertes s'élèvent pour l'instant à -21,4%.

Une avalanche de communiqués

PSA Peugeot Citroën a confirmé jeudi l'existence de discussions avec différents partenaires, dont le chinois Dongfeng, et la possibilité d’une augmentation de capital probablement très dilutive qui s'élèverait à 3,5 milliards d'euros selon les rumeurs, et dont le scénario probable serait que l'Etat et le constructeur asiatique y participent tout deux, prenant 20% du capital.

Le groupe a également fait savoir qu'il allait passer plus d'un milliard d'euros de dépréciations d'actifs dans ses comptes 2013 à cause de l'euro fort et de la dégradation des ventes en Russie et en Amérique latine. Sans effet sur la consommation de trésorerie, ces provisions pèseront sur le résultat opérationnel courant de la division automobile.

PSA a aussi confirmé son objectif de free cash flow à l’équilibre fin 2014, mais celui-ci paraît trop ambitieux selon certains analystes.

Dans la foulée, PSA a confirmé hier soir avoir pris acte de la cession par General Motors de l'intégralité de sa participation dans le groupe français, soit 7% du capital, par le biais d'un placement privé auprès d'investisseurs institutionnels.

Le géant de Detroit était entré au capital du constructeur en mars 2012 dans le cadre d'une alliance stratégique, mais les difficultés de ce dernier ont contraint PSA à étudier différentes options pour assurer sa survie.

L'annonce choc du divorce entre PSA et GM, très mal accueillie en Bourse, souligne aux yeux de certains investisseurs l'échec d'une alliance qui n'a jamais réellement porté ses fruits et dont les synergies ne sont plus estimées qu'à 1,2 milliard à l'horizon 2018, contre 2 milliards de dollars annoncés début 2012, au moment du mariage entre les deux groupes.

Aujourd'hui, PSA et GM n'ont plus aucun lien capitalistique, mais poursuivent quand même leur coopération pour le développement de deux véhicules sur des plateformes PSA : un modèle du segment B-MPV et un modèle du segment C-CUV. Les deux partenaires collaboreront également pour développer un nouveau modèle de véhicule utilitaire léger du segment B basé sur la dernière génération de plateforme PSA. Les premiers véhicules issus de l'Alliance devraient être commercialisés à partir de 2016.

Réaction des analystes

Le départ de GM soulève en tout cas de nombreuses interrogations. "Nous pensons qu’après son retrait, les chances de voir émerger un vrai partenariat basé sur des accords solides industriels, commerciaux et internationaux s’éloignent. C’était pourtant, selon nous, un levier extrêmement important pour PSA pour un retour à une profitabilité pérenne", ont commenté ce matin les analystes du CM-CIC, qui restent à la vente sur le titre Peugeot avec un objectif de cours maintenu à 8 euros.

"Les restructurations drastiques pour endiguer l’hémorragie de cash vont commencer à porter leurs fruits mais la chute des volumes, plus importante que prévu, supposera des mesures additionnelles", a souligné de son côté le bureau d'études Oddo.

"Parallèlement, le périmètre des accords avec GM n’est pas aussi large que PSA aurait pu l’espérer, d’où les négociations en cours pour trouver un autre partenaire devant permettre à PSA d’assurer sa pérennité à moyen terme avec, à la clé, une augmentation de capital probablement très dilutive", a ajouté le courtier.

Oddo qui s'interroge en outre sur la nature des accords industriels avec Dongfeng et les modalités de l'augmentation de capital juge la visibilité "insuffisante", ce qui l'incite à maintenir un avis "Neutre" sur le titre Peugeot avec un objectif de cours inchangé à 10 euros.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...