Bourse > Peugeot > Peugeot : Renault attend une reprise de l'activité en Iran au 1er semestre
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
14.320 € +2.73 % Temps réel Euronext Paris
13.835 €Ouverture : +3.51 %Perf Ouverture : 14.370 €+ Haut : 13.800 €+ Bas :
13.940 €Clôture veille : 2 091 130Volume : +0.26 %Capi échangé : 11 595 M€Capi. :

Peugeot : Renault attend une reprise de l'activité en Iran au 1er semestre

Renault attend une reprise de l'activité en Iran au 1er semestreRenault attend une reprise de l'activité en Iran au 1er semestre

par Gilles Guillaume et Laurence Frost

BOULOGNE-BILLANCOURT (Reuters) - Renault s'attend à une reprise progressive de l'activité automobile en Iran d'ici l'été prochain et a déjà recommencé à livrer sur place de petits volumes de pièces, a déclaré le directeur des opérations du groupe pour la région Asie-Pacifique dans une interview à Reuters.

Le constructeur a suspendu en juillet 2013 la production de voitures en kit sur le marché iranien en raison d'un durcissement des sanctions internationales contre Téhéran. Mais depuis que l'Iran a gelé ses activités nucléaires les plus sensibles dans le cadre de l'accord avec les grandes puissances conclu en novembre, les groupes automobiles s'organisent en prévision de la levée partielle des sanctions qui doit suivre.

"Aujourd'hui, il y a une fenêtre d'opportunité pour les six prochains mois", a déclaré Gilles Normand en référence à l'accord temporaire conclu entre la communauté internationale et l'Iran. "Ce qui est important, c'est qu'on puisse progressivement redémarrer les flux de pièces pour la production de véhicules et les flux financiers."

La première séance de négociations en vue d'un accord permanent sur le programme nucléaire iranien devrait se dérouler le mois prochain à New York. Mais Gilles Normand a précisé que sans attendre la levée effective des sanctions, il était déjà possible de se faire payer de petits volumes de pièces représentant de faibles montants.

"Actuellement on est en train de redémarrer mais sur des flux très faibles", a-t-il dit, précisant que Renault livrait par la route depuis une dizaine de jours des composants pour les Logan qu'il assemblait sur place avant l'arrêt de l'activité.

NOUVEAU PROJET INDUSTRIEL EN ASIE-PACIFIQUE

Gilles Normand ne s'est pas dit préoccupé par le ralentissement qui se profile en 2014 en Chine, où le groupe prépare la construction d'une usine appelée à produire au premier semestre 2016 les premières Renault fabriquées localement, des SUV et crossovers à raison de 150.000 unités par an dans un premier temps.

"(Le marché chinois) est parti pour prendre encore une dizaine de pourcents cette année, donc on est sur un marché encore extrêmement dynamique par rapport aux références qu'on peut avoir en Europe ou dans le reste du monde", a-t-il dit.

En 2013, le marché automobile en Chine a crû de 14%.

Interrogé sur la perspective d'une entrée de Dongfeng, son partenaire en Chine, au capital de PSA Peugeot Citroën, Gilles Normand a répondu qu'il avait reçu les assurances nécessaires.

"Dongfeng a une capacité particulièrement forte à gérer des joint-ventures dans l'automobile avec des constructeurs de premier rang qui sont extrêmement concurrents au niveau mondial (...) il n'y a pas de perméabilité. Et ils ont bien entendu confirmé que ce ne serait pas du tout remis en cause", a-t-il dit.

L'ambition chinoise de Renault sera au coeur de la deuxième phase du plan stratégique du groupe, qui sera détaillée le 13 février. Après la Chine ou l'Indonésie, un nouveau projet industriel dans la région pourrait faire l'objet d'une annonce à cette occasion.

"Ce que je veux faire en 2014, c'est démarrer encore un pays, démarrer de manière industrielle", a indiqué Gilles Normand, sans préciser toutefois s'il pensait par exemple à la Thaïlande ou au Vietnam, deux marchés où le groupe n'a pas encore de production locale.

Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2014 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...