Bourse > Peugeot > Peugeot : Psa supprime 8.000 emplois, les politiques sous le choc
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
15.135 € +4.24 % Temps réel Euronext Paris
14.660 €Ouverture : +3.24 %Perf Ouverture : 15.175 €+ Haut : 14.615 €+ Bas :
14.520 €Clôture veille : 5 956 330Volume : +0.74 %Capi échangé : 12 255 M€Capi. :

Peugeot : Psa supprime 8.000 emplois, les politiques sous le choc

Psa supprime 8.000 emplois, les politiques sous le chocPsa supprime 8.000 emplois, les politiques sous le choc

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - L'annonce par PSA Peugeot Citroën de suppressions de postes massives pour tenter d'endiguer ses pertes financières a provoqué jeudi un choc dans l'opinion et la classe politique, qui voient dans la fermeture de l'usine d'Aulnay un symbole des difficultés de l'industrie française.

Le premier groupe automobile hexagonal a annoncé 8.000 nouvelles suppressions d'emplois sur l'ensemble de ses sites français, notamment à Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) où l'activité d'assemblage prendra fin en 2014. Aucune usine automobile n'avait fermé en France depuis Renault-Billancourt en 1992.

Des réactions de colère ont accueilli la nouvelle. La CGT a dénoncé une "injustice", l'UMP a réclamé des mesures pour la compétitivité des entreprises et le Parti communiste une loi contre les licenciements abusifs.

Du côté du gouvernement, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a évoqué un "véritable choc" pour les salariés de PSA et annoncé pour la fin juillet un plan de soutien à la filière automobile dont les contours restent inconnus. Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, en première ligne sur ce dossier, a déclaré que le gouvernement ne saurait accepter "en l'état le plan développé par PSA".

Au cours d'une conférence de presse organisée après la tenue d'un comité central d'entreprise extraordinaire au siège parisien du groupe, le président du directoire de PSA, Philippe Varin, a déclaré qu'il comprenait l'émotion suscitée par cette deuxième restructuration en moins d'un an, mais tout en assurant que c'était "la seule voie possible" face à la dégradation du marché automobile européen.

COLÈRE ET RÉSIGNATION À AULNAY ET RENNES

Les nouvelles suppressions d'emplois viennent s'ajouter à un précédent plan dévoilé par PSA à l'automne dernier et représentent au total pour le groupe une réduction d'effectifs de 10% environ. La direction a promis jeudi des solutions de reclassement interne ou externe à Aulnay et Rennes, et le recours au seul volontariat pour les effectifs de structure.

A Aulnay, où PSA produit la petite Citroën C3, de nombreux syndicalistes se sont rendus dans la matinée aux abords du site pour exprimer leur détresse et leur révolte, tandis qu'à Rennes, où 1.400 emplois sont condamnés, les salariés hésitaient entre colère et résignation.

"Varin nous a déclaré la guerre, on va lui faire la guerre", a lancé Jean-Pierre Mercier, délégué CGT de l'usine.

Depuis la fin des primes à la casse, le marché automobile européen et français ne redémarre toujours pas. Sur le premier, PSA attend désormais une baisse de 8% cette année tandis que sur le second, Renault prévoit une contraction de 10-11% cette année.

Ce marasme, conjugué à la concurrence de modèles fabriqués hors d'Europe, a accentué les surcapacités dont souffrent les usines automobiles sur le continent. Selon le cabinet de conseil Alix Partners, quatre sites d'assemblage sur dix en Europe utilisent moins de 75-80% de leurs capacités de production, taux jugé optimum pour le secteur.

Certains syndicats craignent que les mesures choc dévoilées jeudi par PSA ne fassent boule de neige à travers le secteur. Carlos Ghosn, PDG de Renault, avait prévenu en mars au salon de l'automobile de Genève que la première restructuration d'ampleur par un constructeur européen pourrait entraîner une vague de fermeture de sites, car elle contraindrait tous les concurrents à lui emboîter le pas.

Edité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...