Bourse > Peugeot > Peugeot : Psa prévoit un premier semestre difficile
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
15.465 € -1.37 % Temps réel Euronext Paris
15.650 €Ouverture : -1.18 %Perf Ouverture : 15.710 €+ Haut : 15.370 €+ Bas :
15.680 €Clôture veille : 3 346 740Volume : +0.41 %Capi échangé : 12 522 M€Capi. :

Peugeot : Psa prévoit un premier semestre difficile

Psa prévoit un  premier semestre difficilePsa prévoit un  premier semestre difficile

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a annoncé mercredi une baisse de 7% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, et a prévenu que les conditions de marché en Europe devraient rester difficiles jusqu'à la fin du premier semestre avant une possible amélioration au second.

Lors de son assemblée générale, le premier constructeur automobile français a également cherché à rassurer les petits actionnaires préoccupés par la situation financière du groupe, l'effondrement de son cours de Bourse et l'absence de dividende cette année.

Les ventes mondiales de PSA, ébranlé depuis l'été dernier par la chute de la demande en petites voitures sur plusieurs marchés européens, ont baissé de 14,2% en volume au premier trimestre, à 790.100 unités.

Outre l'Europe, où PSA réalisait encore 58% de ses ventes en 2011, ce recul est imputable à l'Amérique latine, où le marché ralentit et où le groupe est confronté à quelques retards de production, et à l'Iran où les sanctions internationales ont contribué à faire baisser de 8,1% les ventes de voitures Peugeot en pièces détachées.

"Le groupe a rencontré sur le premier trimestre un environnement concurrentiel toujours difficile en raison d'une pression sur les prix identique à celle du quatrième trimestre 2011, et de l'Europe du Sud en forte dégradation qui impactent défavorablement le mix pays", a expliqué PSA dans un communiqué.

"Ce contexte devrait perdurer sur le premier semestre."

Le chiffre d'affaires trimestriel de PSA, deuxième constructeur automobile européen derrière l'allemand Volkswagen, est tombé à 14,3 milliards d'euros, légèrement au-dessus du consensus Thomson Reuters réalisé avec cinq analystes et qui donnait 13,9 milliards.

A 14h00, l'action PSA, qui a effacé plus de la moitié de sa valeur en 2011, gagnait 3,99% à 9,28 euros. L'automobile affichait la plus forte hausse sectorielle en Europe (+2,5%).

"Les ventes de PSA ne sont pas pires qu'on le redoutait, mais il y a encore beaucoup d'incertitudes à l'horizon", commente Kristina Church, analyste automobile chez Barclays Capital. "Ils ont dit que le chiffre du free cash flow serait mauvais cette année, mais la question est 'à quel point ?'"

MANAGEMENT EN MODE "GESTION DE CRISE"

Dans la division automobile, dont le résultat opérationnel est passé dans le rouge en 2011, le chiffre d'affaires a chuté de 14% à 9,72 milliards d'euros.

"Le déclin d'une année sur l'autre du chiffre d'affaires de l'automobile et de Gefco a été en partie compensé par la hausse de Faurecia et de Banque PSA", commente Goldman Sachs dans une note. "Selon nos estimations, la division auto de PSA accusera une perte opérationnelle de 766 millions d'euros à cause de la baisse des volumes et des pressions sur les prix."

Echaudé par plusieurs avertissements sur ses résultats l'an dernier, PSA s'est à nouveau gardé de communiquer des objectifs chiffrés de résultats. "Nous ne connaissons pas une très bonne situation en ce début d'année, mais elle va s'améliorer au second semestre", a déclaré le directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon au cours d'une téléconférence avec les analystes.

"A ce stade, je ne vais pas chiffrer les choses, j'en dirai plus à la fin du semestre."

"La situation en termes de prix ne s'est pas dégradée (...) elle est simplement aussi mauvaise", a-t-il ajouté. "Elle s'améliorera avec le lancement de la Peugeot 208 dès le deuxième trimestre, mais surtout au troisième trimestre avec le plein effet du lancement."

"La téléconférence a confirmé, à nos yeux, que le management de Peugeot opère actuellement en mode gestion de crise", relève Kristina Church, de Barclays Capital. "Mais aussi que la situation ne s'est pas sensiblement détériorée d'un trimestre sur l'autre."

Dans ce contexte, le directoire de PSA a proposé que ses membres renoncent à la part variable de leur rémunération au titre de l'exercice écoulé.

Le président du directoire Philippe Varin touchera ainsi uniquement la part fixe de son salaire (1,3 million d'euros) et abandonnera une part variable qui pouvait en représenter jusqu'à 150%.

Pour traverser la crise, PSA va également élargir et diversifier son conseil de surveillance en l'ouvrant à des personnalités extérieures et au profil plus international.

"Sur les choix stratégiques, si vous voulez me faire dire que le groupe aurait pu être beaucoup plus présent sur la scène mondiale plus tôt, oui bien sûr", a répondu Philippe Varin aux questions de plusieurs actionnaires.

"Je pense qu'il faut regarder devant, et la stratégie que nous mettons en oeuvre, globalisation et montée en gamme, nous permettra d'avoir sur le plan stratégique une position comparable à nos concurrents, ce que nous n'avons pas aujourd'hui."

Désormais dans l'incapacité de financer seul cette double stratégie, PSA a annoncé en février une alliance avec l'américain General Motors et augmenté en mars son capital d'un milliard d'euros dans le cadre de ce partenariat.

édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...