Bourse > Peugeot > Peugeot : Psa lance son augmentation de capital, l'action baisse
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
14.295 € +2.55 % Temps réel Euronext Paris
13.835 €Ouverture : +3.32 %Perf Ouverture : 14.370 €+ Haut : 13.800 €+ Bas :
13.940 €Clôture veille : 2 146 250Volume : +0.27 %Capi échangé : 11 575 M€Capi. :

Peugeot : Psa lance son augmentation de capital, l'action baisse

tradingsat

par Marc Angrand et Gilles Guillaume

PARIS/GENEVE (Reuters) - PSA Peugeot Citroën a dévoilé mardi les modalités de l'augmentation de capital d'environ 1,0 milliard d'euros destinée à financer ses projets avec son nouvel allié General Motors, qui prendra au passage 7% de son capital, une opération marquée par une importante décote qui fait reculer le titre en Bourse.

Cette émission d'actions nouvelles, annoncée la semaine dernière lors de la présentation de l'alliance entre les deux constructeurs automobiles, sera ouverte dès jeudi et jusqu'au 21 mars inclus et servira à financer de nouveaux projets communs, notamment le développement de plates-formes de véhicules partagées.

"C'est l'intérêt de l'alliance, il y a plus de projets maintenant et il faut bien les financer, et cette augmentation de capital permet de le faire", a déclaré Frédéric Saint-Geours, directeur des marques de PSA, à l'ouverture des journées presse du salon de l'automobile de Genève.

Il a refusé en revanche de préciser la nature de ces projets communs, ajoutant simplement que les discussions avec GM étaient déjà en cours à l'automne dernier et que la coentreprise dans les achats pourrait être conclue dès le troisième trimestre.

L'augmentation de capital avec maintien du droit préférentiel de souscription se fera sur la base de 16 actions nouvelles pour 31 actions existantes, précise PSA dans un communiqué.

Le prix de souscription est fixé à 8,27 euros, faisant apparaître une décote d'environ 42% par rapport au cours de clôture de lundi (14,2050 euros), et de 32,4% par rapport au cours théorique hors droit de souscription (12,23 euros).

"Je suppose que c'est le prix à payer pour que l'opération soit intégralement souscrite", commente un analyste basé à Londres.

De son côté, le directeur financier du groupe français, Jean-Baptiste de Chatillon, a relativisé l'ampleur de la décote lors d'une téléconférence avec la presse.

"Ce qu'il faut considérer comme décote, c'est le calcul par rapport au prix théorique après émission d'un milliard, c'est-à-dire environ 32%, et cette décote est tout à fait habituelle dans le marché", a-t-il dit. "Ce qui compte, c'est le moment et la taille de l'augmentation de capital."

A la Bourse de Paris, l'action PSA perdait plus de 6% dans les premiers échanges et abandonnait 4,68% à 13,58 euros vers 9h15, affichant la plus forte baisse de l'indice CAC 40, qui abandonnait 0,39%. A ce niveau de cours, le groupe sochalien est valorisé moins de 3,2 milliards d'euros.

PRIORITÉ AUX INVESTISSEMENTS

La famille Peugeot, principal actionnaire du groupe, exercera 45,4% de ses droits pour un montant de 140 millions d'euros et vendra ses droits restants à General Motors. Ce dernier investira au total 304 millions d'euros dans l'opération, en incluant le rachat de ces droits et l'acquisition d'actions auto-détenues (4,4 millions de titres).

A l'issue de l'augmentation de capital, les Peugeot détiendront 25,2% du capital de PSA, contre 30,96% au 31 décembre dernier, et GM 7,0%. La famille conserve le contrôle du groupe via ses droits de vote, même si ceux-ci ont été ramenés de 48,30% avant l'opération, à 37,9% après.

"Ces investissements vont nous permettre d'accélérer notre stratégie de globalisation et de montée en gamme, et (...) d'accéder à des technologies et des projets beaucoup plus rapidement et de manière plus large", a ajouté Jean-Baptiste de Chatillon.

Des priorités dont il a également argué pour justifier la décision de PSA de ne pas verser de dividende cette année.

"Nous avons besoin de notre cash pour financer ces investissements", a-t-il résumé.

Le mois dernier, PSA avait annoncé un important plan de cessions d'actifs d'un montant global de 1,5 milliard d'euros après la publication de résultats annuels marqués par une marge opérationnelle négative dans les activités de construction automobile, un "free cash flow" négatif de 1,6 milliard d'euros et un doublement de la dette en six mois.

Avec Christian Plumb et Laurence Frost, édité par Jean-Michel Bélot

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...