Bourse > Peugeot > Peugeot : Psa contraint de céder des actifs en 2012
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
15.465 € -1.37 % Temps réel Euronext Paris
15.650 €Ouverture : -1.18 %Perf Ouverture : 15.710 €+ Haut : 15.370 €+ Bas :
15.680 €Clôture veille : 3 346 740Volume : +0.41 %Capi échangé : 12 522 M€Capi. :

Peugeot : Psa contraint de céder des actifs en 2012

tradingsat

par Gilles Guillaume

PARIS, 15 février - Confronté à la rechute de la rentabilité de sa branche automobile fin 2011, PSA Peugeot Citroën s'est résolu mercredi à annoncer un plan de cessions d'actifs qui le conduira à vendre une partie de sa filiale logistique Gefco et son siège parisien, dont il deviendra locataire.

La marge opérationnelle du coeur de métier du premier constructeur français est devenue négative l'an dernier à -0,2% contre +1,5% en 2010, conséquence d'une baisse des ventes mondiales de 1,5%, à cause de l'Europe du Sud et du segment des petites voitures, où les Peugeot 207 et Citroën C3 ont particulièrement souffert de la guerre des prix qui fait rage depuis le second semestre.

Par contraste, la marque Volkswagen a affiché sur neuf mois une marge opérationnelle de 4,6%. Le concurrent français Renault publiera ses propres résultats annuels jeudi.

"Notre stratégie de globalisation et de montée en gamme des marques n'a jamais été aussi indispensable, mais pour la soutenir il faut accélérer nos efforts en matière de génération de liquidités", a déclaré le président du directoire Philippe Varin au cours d'une conférence de presse.

Ces efforts comprennent un vaste programme de cessions d'actifs de 1,5 milliard d'euros. Ce montant inclut la vente (finalisée en février) de la société de location de voitures Citer à un groupe américain pour 440 millions d'euros, l'ouverture du capital de la très rentable filiale logistique Gefco, dont PSA pourrait tirer environ 560 millions, et des cessions d'actifs immobiliers - notamment les murs du siège parisien de l'avenue de la Grande-Armée - pour 500 millions.

NOUVEAU TOUR DE VIS SUR LES DÉPENSES

L'action PSA perdait 2% à 14,80 euros vers 14h00, alors qu'elle avait ouvert en hausse de près de 3% après les annonces du jour. Le titre, qui donne au deuxième constructeur européen par les volumes une valorisation boursière de 3,6 milliards d'euros seulement, sous-performait l'indice européen de l'automobile qui gagnait à la même heure 1,5%.

"PSA devient aujourd'hui le premier constructeur automobile européen à devoir procéder à des cessions d'actifs pour stabiliser son bilan dans l'environnement très difficile qui s'annonce en 2012", commente David Arnold, analyste automobile chez Crédit suisse.

"Les cessions d'actifs sont à double tranchant (...): on renonce à des bénéfices futurs pour sécuriser le bilan d'aujourd'hui", ajoute-t-il.

PSA prévoit également 200 millions d'euros d'économies supplémentaires en 2012, surtout sur les frais généraux (déplacements, séminaires...) et marketing, portant le total de ses réductions de coûts pour l'année à un milliard d'euros.

Le groupe, qui a déjà annoncé 6.000 suppressions d'emplois en Europe, a précisé que ce nouveau tour de vis n'aurait pas d'impact sur l'emploi.

Philippe Varin a reconnu en revanche que l'ajustement des capacités de production en Europe restait inéluctable mais que le calendrier de cet ajustement devait épouser le cycle de vie des produits. Des propos qui risque de ne pas rassurer les salariés de l'usine d'Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), pour laquelle le groupe refuse d'évoquer l'après C3.

PAS D'OBJECTIFS DE RÉSULTATS POUR 2012

La contre-performance des deux marques du groupe au second semestre 2011 a creusé une perte opérationnelle de 497 millions d'euros dans la division automobile, contre un bénéfice de 405 millions sur la première partie de l'année.

Elle a aussi provoqué un gonflement des stocks, qui ont atteint 69 jours contre 61 un an plus tôt, avec à la clé un free cash-flow négatif de 1,6 milliard d'euros et un doublement de la dette en six mois, à 3,4 milliards d'euros.

Cette publication a conduit Moody's à placer sous surveillance en vue d'un déclassement possible la note de crédit de PSA, actuellement de Baa3, juste au-dessus de la catégorie "junk".

Echaudé par le souvenir de plusieurs "profit warnings" en 2011, Philippe Varin s'est gardé de fixer pour 2012 un objectif de résultat opérationnel, d'autant que l'environnement reste très incertain en Europe, où PSA anticipe une baisse de 5% du marché automobile.

Le groupe a seulement dit viser cette année une baisse drastique de ses stocks et significative de son endettement. Pour le reste, il compte sur ses nouveaux lancements - la Peugeot 208, l'hybride diesel, dernière invention de PSA, et la ligne DS, gamme premium de Citroën - désormais au complet.

PSA mise aussi sur l'international pour réduire sa dépendance d'un marché européen atone. Dans le journal Le Monde, Philippe Varin a indiqué qu'il pourrait poursuivre avec un partenaire son projet d'usine en Inde, suspendu à cause des difficultés financières du groupe.

PSA n'a pas précisé à hauteur de combien il comptait ouvrir le capital de sa filiale de logistique Gefco, dont les poids lourds acheminent les voitures neuves depuis les usines vers leurs points de vente.

La société, dont le groupe entend rester "un actionnaire stratégique de long terme", a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 3,78 milliards d'euros pour une marge de 5,9%, la plus élevée des divisions du groupe.

Avec Laurence Frost et Michel Pires Brito, édité par Marc Angrand

Copyright © 2012 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...