Bourse > Peugeot > Peugeot : PSA brûle moins de cash et réduit de moitié sa perte
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
13.940 € -0.92 % Temps réel Euronext Paris
13.935 €Ouverture : +0.04 %Perf Ouverture : 14.055 €+ Haut : 13.725 €+ Bas :
14.070 €Clôture veille : 3 061 060Volume : +0.38 %Capi échangé : 11 288 M€Capi. :

Peugeot : PSA brûle moins de cash et réduit de moitié sa perte

PSA réduit ses pertes au 1er semestre et confirme ses objectifsPSA réduit ses pertes au 1er semestre et confirme ses objectifs

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - PSA Peugeot Citroën, qui a brûlé moins de cash et réduit de moitié sa perte au premier semestre, compte encore améliorer sa consommation de trésorerie cette année grâce à sa restructuration et aux premières synergies de son alliance avec General Motors.

Le premier constructeur automobile français, qui a obtenu mardi soir de la Commission européenne un sursis pour mener à bien son redressement, est parvenu à afficher au premier semestre un free cash flow opérationnel positif de 203 millions d'euros hors restructuration. Il avait souffert d'une hémorragie de cash de trois milliards d'euros en 2012.

"Nous avions dit que nous l'amènerions cette année à 1,5 milliard d'euros, ce que je dis aujourd'hui, c'est qu'il sera au moins divisé par deux, c'est-à-dire que nous relevons un petit peu notre guidance sur 2013 vu les bons résultats de ce semestre", a dit mercredi le directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon, au cours d'une conférence de presse.

Il a précisé qu'il ne fallait pas trop extrapoler la performance du semestre vu la saisonnalité de l'activité.

"Nous voyons les premiers signes du redressement de PSA", a déclaré de son côté Philippe Varin, le président du directoire.

PSA compte réduire à nouveau sensiblement sa consommation de cash l'an prochain, mais n'a pas répété l'objectif d'équilibre à fin 2014 en raison des incertitudes qui planent toujours sur le niveau du marché automobile européen à cet horizon.

A la Bourse de Paris, à 14h30, l'action bondit de 6,76% à 9,608 euros, largement en tête des hausses de l'indice SBF 120 (-0,3%), dans des volumes dépassant déjà 1,7 fois leur moyenne quotidienne des trois derniers mois.

"Le fait que le management voie des signes de reprise et mette en avant des signes de redressement est plutôt encourageant", commente un vendeur actions en poste à Paris.

TOUJOURS MOINS BIEN QUE RENAULT

Dans le cadre de son tour de vis, PSA a diminué de 764 millions d'euros ses investissements industriels et ses dépenses de recherche & développement au premier semestre, et a enregistré avec General Motors ses premières synergies dans l'achat commun d'acier.

Convaincu qu'il ne pourra plus atteindre seul la taille critique face à la concurrence, le groupe sochalien a conclu en février 2012 une alliance stratégique avec le géant américain. Il a également inauguré au début du mois sa troisième usine chinoise avec Dongfeng, son partenaire pour le développement d'au moins deux nouvelles voitures destinées à la Chine.

Malgré un chiffre d'affaires encore en baisse de 3,8% sur le semestre écoulé, PSA a réduit sa perte nette, part du groupe, à 426 millions d'euros, contre -818 millions un an plus tôt.

Mais la division automobile a encore accusé une perte opérationnelle de 510 millions d'euros, alors que le résultat opérationnel de la branche auto du concurrent Renault a été positif de 211 millions.

Interrogé sur une nouvelle augmentation de capital, PSA a répondu qu'elle n'était pas d'actualité, mais que la question du financement des futurs projets industriels du groupe, seul ou avec des partenaires, se poserait à moyen terme.

Pour l'heure, il compte sur ses lancements, notamment la nouvelle Peugeot 308 à l'automne, et sur son développement à l'international, avec la montée en puissance de la ligne haut de gamme Citroën DS sur le marché chinois, pour soutenir ses ventes mondiales au second semestre.

L'HYPOTHÈQUE DE BRUXELLES LEVÉE

PSA a obtenu le feu vert de Bruxelles pour la garantie de sept milliards d'euros octroyée fin 2012 par l'Etat français à son activité bancaire. En échange, le groupe s'est engagé notamment à ne pas laisser déraper sa dette, ressortie à 3,3 milliards d'euros à la fin juin.

Le constructeur a souligné que son plan social, qui prévoit 8.000 suppressions d'emplois en France et la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, a recueilli à ce jour 5.100 demandes d'adhésion à une mesure de mobilité ou de départ, soit un taux d'engagement d'environ deux tiers.

Il a précisé qu'il proposerait une modération des salaires et une simplification du système des RTT aux syndicats dans le cadre des négociations pour améliorer sa compétitivité en France, qui doivent reprendre début septembre.

Pour faire à nouveau tourner ses usines européennes à plein régime, objectif qu'il s'est fixé à l'horizon 2016, PSA n'a pas exclu de compacter à nouveau la capacité de ses sites, comme il l'a déjà fait à Rennes (Ille-et-Vilaine).

Il n'a pas écarté non plus la possibilité de produire pour Opel, la filiale européenne de GM, dans ses propres usines. "Une optimisation éventuelle sur certains projets est possible", a dit Philippe Varin. "Nous verrons les aspects manufacturiers sur les projets en cours lorsque nous prendrons les décisions dans le courant du deuxième semestre."

Avec Laurence Frost et Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...