Bourse > Peugeot > Peugeot : Précisions sur la "retraite chapeau" à 15 M€ de Philippe Varin
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
14.380 € +0.63 % Temps réel Euronext Paris
14.345 €Ouverture : +0.24 %Perf Ouverture : 14.400 €+ Haut : 14.225 €+ Bas :
14.290 €Clôture veille : 1 181 980Volume : +0.15 %Capi échangé : 11 644 M€Capi. :

Peugeot : Précisions sur la "retraite chapeau" à 15 M€ de Philippe Varin

(Tradingsat.com) - Le conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën a tenu mercredi à apporter des précisions sur le sujet du régime de retraite supplémentaire de Philippe Varin, ancien Président du directoire de PSA Peugeot Citroën à la suite des révélations du site Deontofi.com sur la retrait chapeau du dirigeant.

Le communiqué du constructeur automobile indique que "les conditions de la retraite de M. Varin sont conformes aux éléments officiellement communiqués sur le sujet".

Il rappelle que "Philippe Varin avait volontairement renoncé aux conditions initiales et contractuelles de son régime de retraite supplémentaire, s’en remettant au conseil de surveillance de PSA Peugeot Citroën".

Or, le conseil a réformé ce régime début 2014, conformément aux recommandations AFEP/MEDEF, conduisant à une réduction de moitié des droits contractuels de Philippe Varin.

PSA Peugeot Citroën assure que "Philippe Varin remplit toutes les conditions d’éligibilité à ce régime de retraite collectif" et précise que "l’ensemble de ces éléments a été publié dans le document de référence du groupe en 2014 et en 2015 et a fait l’objet d’une autorisation au titre des conventions réglementées à l’assemblée générale 2014.

Le groupe ajoute par ailleurs que "les éléments de rémunération de Philippe Varin ont été soumis à l’avis consultatif des actionnaires en 2014 et en 2015".

Dans un article daté du 2 mai, Deontofi.com révèle que "l’ex-patron de Peugeot, Philippe Varin, a bel et bien réussi à se faire verser une rente de multi-millionnaire jusqu’à la fin de ses jours alors qu’il avait pourtant annoncé publiquement renoncer à sa retraite dorée, en novembre 2013".

Le site indique en effet que Monsieur Varin "recevra 300 000 euros par an, ce qui pourrait coûter à Peugeot une quinzaine de millions d’euros, compte tenu de son espérance de vie et des prélèvements de l’Etat".

Il explique que contrairement au message diffusé en novembre 2013 dans la presse, le dirigeant n'a pas "renoncé à sa retraite chapeau" mais simplement abaissé son montant qui aurait dû se monter à l'origine à 420 000 euros brut par an, ce qui risquait de coûter au moins 21 millions à l’entreprise et à ses actionnaires.

"Philippe Varin a profité du délai de grâce entre son éviction de novembre 2013 et son départ de mars 2014, pour se mitonner un nouveau système de retraite chapeau sur mesure" dont il est le premier bénéficiaire, explique Deontofi.com.

De plus, alors que le dirigeant n'aurait dû normalement bénéficier d'aucune rente à vie, quel que soit son montant, étant donné qu'il n'affichait pas les 5 ans d'ancienneté minimum requis, "le site de la déontologie financière" révèle que Peugeot lui a signé "un nouveau contrat de travail pour une mission temporaire d’assistance à la mise en œuvre des accords conclus avec l’Etat et [le constructeur chinois] Dongfeng". "Un contrat très obscur" qui ne figure nulle part dans les documents officiels du groupe.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...