Bourse > Peugeot > Peugeot : L'Etat invite PSA à se rapprocher d'Opel face à l'offensive Volkswagen
PEUGEOTPEUGEOT UG - FR0000121501UG - FR0000121501
15.680 € +3.60 % Temps réel Euronext Paris
15.175 €Ouverture : +3.33 %Perf Ouverture : 15.750 €+ Haut : 15.170 €+ Bas :
15.135 €Clôture veille : 6 329 530Volume : +0.78 %Capi échangé : 12 697 M€Capi. :

Peugeot : L'Etat invite PSA à se rapprocher d'Opel face à l'offensive Volkswagen

PSAPSA

(Tradingsat.com) - Le gouvernement français met la pression sur PSA. Déjà engagé dans un vaste plan d'économies et contraint à des suppressions d'effectifs (8 000 postes à l'horizon 2014), le constructeur en difficulté devra "sans doute aller plus loin", a estimé dimanche soir Pierre Moscovici.

Interrogé sur France Inter, le ministre de l'Economie et des Finances a indiqué que si PSA est "une entreprise forte", qui a "une place (...) dans le paysage européen et mondial", elle n'en traverse pas moins "une crise sévère". Mais "c'est aux dirigeants de Peugeot de clarifier la situation".

Selon la presse, le gouvernement pousserait Peugeot à se rapprocher d'Opel, filiale allemande de General Motors, dans l'espoir de construire un champion européen capable de résister face à Volkswagen.

D'après Le Monde, "l'Etat serait très inquiet de l'offensive actuelle du constructeur allemand qui casse les prix partout en Europe alors qu'il dispose d'une trésorerie conséquente, estimée à environ 25 milliards d'euros".

"Volkswagen a choisi de supprimer PSA", affirme le quotidien qui cite l'entourage de François Hollande, "où l'on craint que le groupe de Wolfsburg ne veuille réduire les surcapacités de production en Europe, estimées par les professionnels à 25%, sur le dos du Français".

L'idée d'un rapprochement avec Opel n'est pas nouvelle. Un tel scénario avait déjà été évoqué en septembre dernier lorsque GM et PSA discutaient des modalités de leur alliance, mais la situation du Français avait été jugée trop faible pour espérer conclure un partenariat équitable entre les deux groupes.

"Le seul moyen de convaincre les américains, ce serait que PSA rachète directement Opel", explique un proche du dossier à Bercy, cité par Le Monde. Problème, la marque au lion manque d'argent frais et la famille Peugeot est réticente à toute dilution de sa part dans le capital. La vente de sa participation dans Faurecia, piste évoquée hier par le CM-CIC, pourrait être une solution.


Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...