Bourse > Pétrole > Pétrole : vers une baisse hebdomadaire pour le WTI
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.51 +1.10 %
51.00Ouverture : 51.66+ Haut : 50.87+ Bas :
+1.00 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 43 057Volume :

Pétrole : vers une baisse hebdomadaire pour le WTI

tradingsat

(CercleFinance.com) - Moteur du récent rebond du brut, le cours du WTI américain est bien parti pour terminer la semaine sur une baisse de l'ordre de 5% alors que les stocks ne cessent d'enfler. Vendredi midi, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en avril prenait 1,5% à 60,9 dollars, mais le WTI américain de même échéance gagnant 1,8% à 49,1 dollars.

Les deux barils risquent donc de finir la semaine sur des tonalités contrastées : référence mondiale, le Brent de mer du Nord est pour l'heure pratiquement stable depuis vendredi dernier (+ 0,7%). En revanche, le WTI américain abandonne parallèlement plus de 5%.

Facteurs explicatifs : en dépit de la chute rapide du nombre de forages en Amérique du Nord, la production de pétrole américaine ne recule toujours pas, et continue même de voler de record en record. Selon l'EIA, lors de la semaine du 20 février, elle était ainsi grimpée à 9,285 millions de barils/jour. Rappelons que la barre des 9 millions de barils/jour avait été dépassée au début du mois de novembre.

Or malgré le dynamisme de la conjoncture américaine, la demande ne suit pas, d'autant que l'intensité énergétique de la croissance des Etats-Unis a elle aussi reculé. De ce fait, les stocks de brut disponibles sur le marché sont, toujours selon l'EIA et pour la semaine du 20 février, grimpés à un nouveau record depuis les années 1930 à plus de 434 millions de barils. Bref, le marché nord-américain est largement approvisionné, ce qui pèse sur les prix.

Rappelons que sauf de rares exceptions et depuis les chocs pétroliers des années 1970, il est pour des raisons stratégiques légalement quasi-impossible d'exporter du pétrole brut des Etats-Unis.

En raison de l''immunité à la baisse' du Brent, les analystes Matières premières de Commerzbank indiquent qu'aux environs de 12 dollars, l'écart de prix (le 'spread') entre les deux barils de référence n'avait jamais été aussi élevé depuis janvier 2014.


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...