Bourse > Pétrole > Pétrole : toujours plus bas, les barils tombent à 32 dollars
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.73 +1.55 %
51.11Ouverture : 51.73+ Haut : 50.19+ Bas :
+1.21 %Perf Ouverture : 51.93Clôture veille : 37 176Volume :

Pétrole : toujours plus bas, les barils tombent à 32 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Au plus bas de 12 ans ! Chine, Etats-Unis, tout semble aller mal pour le brut. Jeudi midi en Europe, le contrat sur le baril de Brent de mer du Nord livrable en février 2016 dérapait encore de 4% à 32,9 dollars, le WTI américain de même échéance cédant de 4,3% à 32,6 dollars également.

Alors que l'excès d'offre domine toujours malgré une situation géopolitique de plus en plus instable au Moyen-Orient, les opérateurs pétroliers ont été désorientés, hier, par l'état hebdomadaire des stocks américains.

Certes, selon l'Energy Information Agency, ceux de pétrole brut ont baissé la semaine dernière de 5 millions de barils alors qu'ils étaient attendus en légère hausse. Mais cette surprise a priori haussière a été contrebalancée par une explosion des stocks de produits raffinés : les distillats (fuel domestique et diesel ; + 6,3 millions de barils contre + 2 attendus) et d'essence (+ 10,6 millions contre + 2,3 attendus). Soit, dans ce dernier cas, une hausse jamais vue depuis 1993, selon Commerzbank.

De quoi susciter des doutes sur la demande réelle de produits raffinés aux Etats-Unis, premier marché pétrolier au monde. Les spécialistes Matières premières d'OFI AM incitent cependant à la prudence : en effet, la dernière semaine de l'année est propice à des habillages fiscaux de le part des sociétés pétrolières et des raffineurs.


Autre facteur négatif cependant : “les incertitudes sur la Chine et sur la croissance en Asie”, résument les analystes d'Aurel BGC ce matin. Et ce d'autant que la Banque mondiale a abaissé ses prévisions de croissance globales pour 2016 de 3,2% à 2,9%. L'établissement redoute aussi le “ralentissement désordonné d'une grande économie émergente” non nommée, mais l'on peut penser à la Chine, ainsi qu'une crise financière liée à la remontée des taux d'intérêt outre-Atlantique.

Rappelons que les Etats-Unis et la Chine sont les deux plus importants consommateurs de pétrole au monde.

EG


Copyright (c) 2016 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...