Bourse > Pétrole > Pétrole : Très légère accalmie, le brent reste à 115 dollars
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
48.04 +0.86 %
47.79Ouverture : 48.08+ Haut : 47.75+ Bas :
+0.52 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 4 177Volume :

Pétrole : Très légère accalmie, le brent reste à 115 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les cours du brut enregistraient une très légère détente ce midi par rapport à la veille au soir, alors que la BBC rapporte que le Venezuela aurait proposé un plan de paix aux autorités toujours en place en Libye, où les combats continuent. Vers 13 heures 10, le baril de Brent de Mer du Nord à échéance avril reculait de 0,7% à 115,5 dollars, quand le WTI américain de même livraison cédait 0,4% à 101,8 dollars.

Quoiqu'en baisse par rapport aux cours de clôture de la veille, signalons que ces niveaux sont égaux, ou légèrement supérieurs à leur niveau d'hier à la même heure. D'ailleurs, si le Brent est tombé à 113,8 dollars ce matin, il a depuis annulé une bonne partie de ses pertes.

Chez Pictet & Cie, on commentait dans ces termes la situation libyenne ce matin : “le discours de Khadafi n'a pas rassuré les marchés financiers, celui-ci étant le seul à penser que les médias occidentaux mènent une campagne de désinformation mondiale pour s'emparer de la Lybie et des ses champs pétrolifères... La fuite des Occidentaux des sites pétroliers pourrait ouvrir la porte aux Chinois.”

En attendant, les nouvelles du front sont, comme c'est prévisible, contrastées. La BBC indique que la contre-offensive qui avait permis aux troupes loyalistes pro-Kadhafi de reprendre la ville de Brega, hier, a tourné court. Le média britannique indique aussi que l'aviation, toujours contrôlée par des forces, bombarde la ville aux mains des rebelles. Les Occidentaux, qui réfléchissent sans conviction à une éventuelle zone d'exclusion aérienne, se cantonnent pour l'instant à évacuer leurs ressortissants.

Mais les craintes de court terme épuisent-elles la tendance haussière des prix du brut ? “Alors que nombre d'observateurs voient dans les événements politiques la principale explication de l'envolée récente des cours du pétrole, nous pensons que cette appréciation s'explique également par des facteurs plus fondamentaux”, estime Robin Batchelor, gérant du fonds BGF World Energy du gestionnaire BlackRock.

M. Batchelor indique que l'offre de brut peine de toute façon à suivre la demande et que les fameuses 'capacités excédentaires' de l'OPEP montrent des signes de faiblesse. Passées de mode aujourd'hui, les questions posées en 2007 restent pourtant d'actualité : 'beaucoup de gisements pétrolifères dans le monde sont vieux de plusieurs décennies et leurs niveaux de production sont en baisse', indique encore BlackRock. La hausse du brut a aussi des causes structurelles, rappelle en substance la gestion américaine.

Hier, la nouvelle hausse d'un peu plus d'un million de barils enregistrée par les stocks américains de brut répertoriés par l'EIA n'a pas suscité de réaction. Il est vrai qu'elle était en grande partie anticipée, mais n'en marquait pas moins la 7ème hausse hebdomadaire d'affilée. Pour l'heure, cet élément fondamentalement baissier est toujours éclipsé par les craintes moyen-orientales.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...