Bourse > Pétrole > Pétrole : Sans tendance, le brent hésite vers 112 dollars
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
54.04 -0.63 %
54.34Ouverture : 54.49+ Haut : 53.77+ Bas :
-0.55 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 44 361Volume :

Pétrole : Sans tendance, le brent hésite vers 112 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après la fête nationale américaine du 4 juillet, la tendance était faible sur les marchés pétroliers. Vers 13 heures, le baril de Brent de Mer du Nord d'échéance août demeurait indécis 111,7 dollars quand le WTI américain de même livraison grappillait 0,5% à 95,4 dollars.

Les raisons de se montrer pessimistes sur la croissance mondiale et, partant, sur la demande de pétrole qui lui est étroitement liée, semblent en effet ne pas manquer.

Ce matin, les analystes d'Aurel BGC se montraient réservés sur l'opinion dominante sur la conjoncture américaine, et selon laquelle le ralentissement actuel est temporaire et aggravé par les conséquences économiques de l'accident de Fukushima.

“Sans surprise, la consommation des ménages a été durement affectée par la hausse des prix du pétrole et le tassement des créations d'emplois. Les entreprises subissent une hausse sensible de leurs coûts de production et un tassement de leurs gains de productivité. Les dépenses publiques, dans leur ensemble, sont en forte contraction sur les derniers mois. Enfin, le rebond de l'activité dans le secteur immobilier est loin d'être acquis avec des banques qui distribuent des crédits immobiliers de manière très restrictive. Tous ces éléments sont autant de freins à une reprise forte et rapide de la croissance pour les prochains mois', commentaient-ils ce matin.

Outre l'Europe et les Etats-Unis, les motifs d'inquiétude viennent aussi d'Asie. Chez Jyske Bank, les spécialistes Changes soulignent le scepticisme propagé notamment par l'agence Mody's 'concernant la situation financière du secteur bancaire chinois'.

Et enfin, comme le souligne un intervenant, les risques perdurent : “les dossiers clés restent les même : la Grèce se trouve sur le fil du rasoir pour la résolution de son problème de dette et les États-Unis ont aussi besoin d'une action relativement rapide sur son plafond de dette pour éviter son propre risque de défaut”.

Soulignons enfin que l'Agence internationale de l'Energie (AIE) remet sur le marché 2 millions de barils de pétrole par jour depuis le 1er juillet en les puisant dans les stocks stratégiques coordonnés par les 28 Etats-membres. A cette même date, l'Arabie saoudite a dit qu'elle augmenterait sa production à 10 millions de barils/jour, ce qui au total rajoute quelque 3 millions de barils/jour de production par rapport à son niveau de juin.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...