Bourse > Pétrole > Pétrole : Sans égard pour les statistiques, le brent à 112 s
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.51 +1.10 %
51.00Ouverture : 51.66+ Haut : 50.87+ Bas :
+1.00 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 43 057Volume :

Pétrole : Sans égard pour les statistiques, le brent à 112 s

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les facteurs haussiers ne passent pas la main sur le marché du brut. Vers 13 heures, la prochaine échéance du contrat sur le baril de Brent de mer du Nord prenait 0,3% à 112,5 dollars, bien loin des 89 dollars de fin juin, quand le baril WTI américain gagnait 0,4% à 93,7 dollars.

Certes, les données macroéconomiques décevantes ne manquent pas et celles provenant de Chine y confirment le ralentissement conjoncturel. “Les chiffres de la production industrielle et des ventes au détail sont ressortis juste en-dessous des attentes des investisseurs, témoignant encore une fois d'un ralentissement de l'activité économique chinoise', indique encore Saxo. 'Les opérateurs de marché espèrent désormais des mesures de soutien à l'économie de la part de la banque centrale chinoise' dont les premiers effets sont généralement attendus au 2nd semestre.

Cependant, la production pétrolière du cartel pétrolier de l'OPEP suscite toujours des spéculations. Selon les chiffres officiels de l'organisation, sa production est passée de 31,35 millions de barils/jour en juin à 31,19 millions de barils/jour en juillet, niveau qui reste élevé relativement à l'histoire récente de l'organisation. Elle serait repartie de l'avant en août, indique l'Agence internationale de l'Energie.

A titre de comparaison, la demande mondiale est attendue en moyenne en 2012 à 88,7 millions de barils/jour cette année, selon l'OPEP, l'Agence internationale de l'Energie tablant elle sur 89,9 millions de barils/jour.

Mais hier, les stocks de pétrole brut aux Etats-Unis ont de nouveau sensiblement reculé de 373,6 à 369,8 millions de barils, ceux d'essence passant de 207,9 à 206,1 millions. Une telle évolution signale habituellement une demande plus soutenue.

Chez BNP Paribas CIB, on rappelle aussi que 'les sanctions imposées au 1er juillet dernier contre l'Iran ont retiré du marché approximativement 500.000 barils/jour de brut iranien par rapport à la même époque un an plus tôt'.

Enfin, dans une étude récente, Goldman Sachs rappelait que le consensus des analystes table dans l'ensemble sur un baril de Brent à 107 dollars d'ici 12 mois. La banque d'affaires US, elle, le voit toujours grimper à 129 dollars à cette même échéance.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...