Bourse > Pétrole > Pétrole : Quoiqu'en baisse, le brent tient les 120 dollars
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
48.48 +1.30 %
47.85Ouverture : 48.75+ Haut : 47.82+ Bas :
+1.32 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 42 312Volume :

Pétrole : Quoiqu'en baisse, le brent tient les 120 dollars

tradingsat

(CercleFinance.com) - Une correction était en cours sur les marchés pétroliers ce mardi midi, mais le moins que l'on puisse dire est qu'elle reste de l'ordre du symbolique. Vers 13 heures 20, le baril de Brent de Mer du Nord d'échéance mai rétrocédait 0,5% à 120,5 dollars, quand le WTI américain de même livraison cédait parallèlement 0,6% à 107,9 dollars.

“En ce qui concerne la situation géopolitique au Moyen-Orient et au Japon, seul le baril de pétrole [WTI], qui a affiché un nouveau record depuis septembre 2008 à 108,78 dollars, semble afficher un intérêt...”, commentait-on ce matin chez Pictet & Cie à propos de la journée d'hier.

Certes, comme le déclarait ce matin l'économiste en chef de l'OCDE, Pier Carlo Padoan, 'la perspective de croissance paraît nettement meilleure aujourd'hui qu'elle ne s'annonçait il y a quelques mois. Les perspectives de croissance sont plus élevées à travers toute la zone OCDE, et la reprise devient autonome, ce qui signifie que le besoin d'un soutien budgétaire ou de politique monétaire sera moins important”. Or la demande de brut est étroitement liée au dynamisme de la croissance.

Cependant, la Chine continue de durcir sa politique monétaire alors que l'indice des prix à la consommation dépasse, dans ce pays, le taux maximal de 4% fixé par la banque centrale. Or la Chine est l'un des premiers consommateurs mondiaux de brut.

Incidement, en février, la demande chinoise apparente de cuivre, un grand métal industriel dont la consommation est considérée comme un “baromètre” économique, a baissé de 13%. Peut-être s'agit-il d'une conséquence du déstockage dans ce pays où d'importantes réserves avaient été constituées en 2008/2009. Ou peut-être pas.

Dans son dernier numéro de Commo Hebdo, Natixis rappelait que 'l'approvisionnement pétrolier de l'Europe continue à diminuer : au-delà de la baisse continue de la production des champs de la mer du Nord, les prévisions de livraisons de brut russe pour avril sont tombés à un niveau proche de leurs récents plus bas, tandis que les expéditions depuis le terminal pétrolier de Primorsk à destination de l'Asie atteignent de nouveaux records.' Il peut s'agir d'un facteur de tension du Brent, surtout par rapport au WTI américain dont le cours pâtit des importations croissantes de pétrole canadien.

Cependant, selon le consensus actuel, les stocks commerciaux de pétrole brut ont de nouveau dû s'accumuler la semaine passée aux Etats-Unis. L'Energy Information Agency (EIA) publiera ces chiffres demain. La semaine précédente, et au terme d'une 4ème hausse consécutive, ils ont atteint 355,7 millions de barils.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...