Bourse > Pétrole > Pétrole : Modeste reprise du wti avant l'emploi us
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
50.79 -0.45 %
51.25Ouverture : 51.61+ Haut : 50.29+ Bas :
-0.90 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 25 588Volume :

Pétrole : Modeste reprise du wti avant l'emploi us

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'impact des dernières statistiques américaines, dont certaines ont récemment été plus mitigées que ces derniers mois, et d'une 3ème hausse d'affilée des stocks de brut continue de peser sur le prix du baril de référence américain. Ce midi en Europe, le cours du Brent de Mer du Nord livrable en mars prend modestement 0,3% à 112,5 dollars, le WTI américain de même livraison gagnant 0,5% à 96,9 dollars.

Les créations d'emplois américaines de janvier, attendues vers 140.000 postes après 200.000 en décembre, pourraient jouer sur la tendace cet après-midi.

En attendant, l'écart de prix (spread) entre les deux barils, qui s'était récemment resserré grâce à de meilleures statistiques économiques aux Etats-Unis qu'en Europe, s'est réouvert et dépasse maintenant les 15 dollars.

En 2011, la part du PIB mondial consacrée à régler la facture pétrolière est repassée au-dessus de la barre des 5%, a estimé hier l'Agence internationale de l'Energie (AIE), comme tel avait été le cas en 2008 et lors de plusieurs autres périodes de sévère retournement conjoncturel. 'Les prix élevés de l'or noir ne sont certainement pas la seule cause de ces difficultés économiques, mais ils n'ont pas vraiment contribué à adoucir le phénomène', a ajouté son vice-directeur général Richard Jones.

L'AIE a cependant confirmé sa prévision de hausse d'un petit peu plus d'un million de barils/jour de la demande pétrolière globale en 2012.

Concernant l'Iran, M. Jones a rappelé que selon l'Agence, ce pays exporte 2,5 millions de barils de pétrole par jour, dont 65% partent pour l'Asie et 30% (soit 750.000 barils/jour) pour l'Europe. S'il est trop tôt pour déterminer l'impact du futur embargo européen, il est déjà certain que les importations iraniennes des membres de l'AIE, soit 1,3 million de barils/jour, seront sensiblement affectées. Les pays concernés trouveront sans doute d'autres fournisseurs, mais probablement à des prix plus élevés, a-t-il prédit.

D'ailleurs, le président de l'Institut français du pétrole - Energies nouvelles (IFPEN),Olivier Appert, évoquait ce matin 'un 3ème choc pétrolier rampant : le prix moyen du pétrole a dépassé largement le maximum atteint en 1980 lors du deuxième choc.' Nuance de taille : 'la facture énergétique s'alourdit, mais le poids du pétrole dans l'économie est plus faible, d'où un moindre impact sur l'économie.'

Olivier Appert estime aussi que depuis août 2011, le 'rôle d'amortisseur' que jouait traditionnellement l'euro face aux hausses du baril, qui n'est négocié qu'en dollars, n'est plus de mise.

S'attendant à un baril à 110 dollars cette année, l'IFPEN chiffre la prime de risque géopolitique qui renchérit le coût du baril à 20 dollars actuellement.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...