Bourse > Pétrole > Pétrole : Les barils ne savent à quelle tendance se vouer
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.12 +0.39 %
50.84Ouverture : 51.20+ Haut : 50.36+ Bas :
+0.55 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 2 272Volume :

Pétrole : Les barils ne savent à quelle tendance se vouer

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les marchés pétroliers peinaient à dégager une tendance claire ce midi. Ainsi, le contrat sur le Brent de mer du Nord livrable en avril cédait 0,2% à 110,8 dollars et le WTI américain de même échéance grappillait à l'inverse 0,3% à 90,7 dollars.

Alors que les indices d'actions marquent de nouveaux plus hauts, récents ou anciens, ou bien testent leurs niveaux record, force est de constater que le brut n'en fait pas autant.

Selon les spécialistes Matières premières de Commerzbank, 'la corrélation positive qui reliait les prix des matières premières à ceux des actions telle qu'on l'a observée dans un passé récent n'est plus de mise actuellement'. Les analystes estiment que la tendance, parmi les investisseurs précédemment friands de matières premières, est de se repositionner sur les actions.

Les analystes notent aussi que le baril a perdu du terrain après le décès d'Hugo Chavez, l'ancien président du Venezuela. Ce pays détenait en 2011, selon la dernière édition disponible du BP Statiscal Yearbook, 17,9% des réserves prouvées de pétrole, soit davantage que l'Arabie saoudite (16,1%). En termes de production cependant, les deux pays représentaient respectivement 3,5% et 13,2% des extractions, ce qui préserve la place de n° 1 mondial à l'Arabie saoudite de ce point de vue, d'autant que c'est la Russie qui arrive en seconde position du côté des producteurs (12,8%, toujours selon la même source).

Mais selon l'US Geological Survey (USGS), le pétrole représentait en 2011 quelque 12% du PIB du Venezuela, 95% de ses recettes d'exportation et 40% du budget de l'Etat. L'opérateur pétrolier principal, PDVSA, est contrôlé par l'Etat, ce qui au passage est aussi le cas du saoudien Saudi Aramco. Le fait que le pétrole soit un sujet politique sensible au Venezuela et qu'on ne sache pas clairement quelle sera la politique future du pays en la matière est constitue un facteur d'incertitude.

En outre, l'Energy Information Agency (EIA) fédérale a fait été hier d'une hausse des stocks commerciaux de pétrole brut américains de 377,5 à 381,4 millions de barils. Non seulement cette accumulation est bien plus forte que prévu, mais cette 'jauge' de la demande américaine repasse aussi la barre symbolique des 380 millions d'unités, ce qui n'avait plus été le cas depuis la semaine du 20 juillet 2012. Or d'un point de vue historique, le pic de ces stocks survient généralement pendant l'été. En outre, ce niveau est aussi supérieur de 10,3% à ce qu'il était à la même époque de l'année en 2012.

Le marché américain ne risque donc pas la rupture d'approvisionnement, ce qui peut justifier que le WTI soit au plus bas de plus de deux mois.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...