Bourse > Pétrole > Pétrole : Légère reprise des cours, l'eia inquiète moins
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
53.25 +3.76 %
52.31Ouverture : 53.66+ Haut : 52.13+ Bas :
+1.80 %Perf Ouverture : 55.22Clôture veille : 70 289Volume :

Pétrole : Légère reprise des cours, l'eia inquiète moins

tradingsat

(CercleFinance.com) - Vers 13 heures 10, le Brent de mer du Nord gagnait 0,5% à 118,8 dollars, le WTI américain le suivant (+ 0,5% également) à 104,1 dollars.

Cet après-midi, l'Energy Information Agency (EIA) fera notamment état des stocks de brut aux Etats-Unis, qui hier étaient attendus en hausse de 2 millions d'unités à plus de 371 millions de barils. Il s'agirait, le cas échéant, d'un nouveau record annuel pour cette jauge de la demande américaine d'or noir.

Pour mémoire, le seul niveau supérieur à 371 millions de barils enregistré en 2011 datait de la dernière semaine de mai, à 373,8 millions d'unités. Il s'agissait d'un pic qui coïncidait, l'an passé, avec le début de la “driving season”. Mais en 2012, cette dernière ne commencera que dans un mois.

Cependant, l'American Petroleum Institute (API), organisme privé qui publie une mesure similaire à celle de l'EIA avec 24 heures d'avance, a indiqué que les stocks avaient baissé la semaine passée.

Signalons qu'en outre, Bank of America Merrill Lynch a légèrement relevé ses prévisions de prix moyen du baril pour 2012 à 118 dollars pour le Brent et 106 dollars pour le WTI. Ils estiment que la demande globale de brut 'se stabilise' alors que parallèlement, l'offre émanant de l'OPEP comme des pays qui n'appartiennent pas au cartel reste sous pression.

'Les prix du brut pourraient temporairement toucher les 140 dollars cette année en raison des liquidités disponibles sur les marchés, de la consommation en hausse et d'offre contrainte', indique la note de recherche.

'Une interruption totale des exportations iraniennes ou la fermeture du détroit d'Ormuz pourrait avoir un très fort impact sur le marché' que les analystes chiffrent jusqu'à 100 dollars supplémentaires par baril.

Au-delà de ces facteurs politiques, le bureau d'études doute cependant que le brut puisse grimper fondamentalement en raison des effets négatifs qu'une telle tendance induirait sur les économies comme l'Inde, la Turquie, l'Espagne ou l'Italie.

En 2013, Bank of America Merrill Lynch voit d'ailleurs le Brent et le WTI à respectivement 120 et 111 dollars.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...