Bourse > Pétrole > Pétrole : Légère consolidation du brut en fin de semaine
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.30 +0.71 %
51.11Ouverture : 51.50+ Haut : 50.19+ Bas :
+0.37 %Perf Ouverture : 51.93Clôture veille : 27 698Volume :

Pétrole : Légère consolidation du brut en fin de semaine

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après avoir touché cette semaine un record de neuf mois à plus de 119 dollars, le cours du Brent connaissant une phase de consolidation. Vendredi midi sur les marchés pétroliers, le contrat sur le Brent de mer du Nord livrable en mars se tassait de 0,3% à 117,4 dollars, le WTI américain de même échéance cédant 0,5% à 96,8 dollars.

Bien évidemment, le brut tend à baisser lorsque que des statistiques économiques majeures se révèlent négatives, ou plus négatives que prévu. L'intensité de l'activité est effectivement l'un des principaux déterminants de l'évolution de la demande pétrolière.

Or Eurostat a indiqué hier que le PIB de l'union monétaire européenne avait baissé de 0,6% au 4ème trimestre 2012, l'Allemagne, moteur économique de la région, n'étant pas épargnée.

En milieu de semaine, l'Agence internationale pour l'énergie, qui fait “tourner” ses modèles sur la base de prévisions de PIB que le FMI avant abaissé précédemment, a d'ailleurs légèrement réduit ses projections de demande de brut pour 2013.

Commerzbank constate que les mauvais chiffres de la zone euro sont souvent cités comme un argument pour justifier le tassement du brut. Ils notent qu'il s'agit pourtant de “chiffres morts” (portant sur une période révolue). En outre, la majorité des statistiques publiées dernièrement et celles attendues la semaine prochaine devraient être orientés positivement, prévoient les analystes.

Ils se demandent si la véritable raison de la tenue du brut n'est pas à chercher ailleurs. Ainsi, la production du cartel pétrolier de l'OPEP, soit 30 millions de barils par jour de brut environ sur un total mondial proche de 90 millions d'unités, est au plus bas depuis une quinzaine de mois et ne donne pas de signe de remontée. L'offre est donc contrainte alors que les facteurs de risque géopolitiques, du Moyen Orient à la Corée du Nord, ne manquent pas.

Et Commerzbank de conclure : “une offre contrainte de l'OPEP et une amélioration des conditions macroéconomiques sont de nature à indure de nouvelles hausses des prix.”


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...