Bourse > Pétrole > Pétrole : Le pessimisme général n'épargne pas le brut
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.73 +1.55 %
51.11Ouverture : 51.73+ Haut : 50.19+ Bas :
+1.21 %Perf Ouverture : 51.93Clôture veille : 37 176Volume :

Pétrole : Le pessimisme général n'épargne pas le brut

tradingsat

(CercleFinance.com) - Actions, devises, ors jaune et noir : le pétrole rejoint ce midi les classes d'actifs frappées d'un mouvement de baisse après la déception causée hier par l'annonce de la Fed. Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en novembre perdait ce midi 2,7% à 107,6 dollars, quand le WTI américain rétrocédait 3,2% à 82,7 dollars.

Hier, selon les statistiques tenues par l'Energy Information Agency (EIA) fédérale, les stocks commerciaux de pétrole des Etats-Unis ont dégringolé de 7,4 millions de barils à 339 millions d'unités. C'est bien plus que prévu, mais malgré tout sans effet. Ceux d'essence ont en revanche augmenté de 3,3 millions d'unités 214 millions de barils. Une baisse de l'ordre de 900.000 barils a été enregistrée du côté des distillats (fuel domestique et diesel), à 157,6 millions.

Ces indicateurs de demande du marché intérieur américain, qui sont globalement haussiers, ont cependant été balayés par les annonces et les silences de la Fed. Certes, l'“opération twist' tant attendue aura bien eu lieu : la banque centrale américaine achètera d'ici juillet 2012 pour 400 milliards de dollars de titres obligataires de maturités allant de 6 à 30 ans tout en vendant pour un montant équivalent de titres à 3 ans et moins. Cette mesure vise, en les achetant et donc en en faisant monter le prix, à faire baisser les taux d'intérêt des obligations publiques de long terme et donc l'ensemble de la courbe des taux, ce qui peut soutenir l'activité et notamment les opérations immobilières des ménages. Les taux d'intérêt ont été maintenus entre 0 et 0,25%.

Cependant le marché a retenu le caractère nettement plus pessimiste du communiqué de la Fed quant à la conjoncture, et malgré tout l'absence d'annonce d'un “QE III”. “Le FOMC (comité de politique monétaire de la Fed, NDLR) est apparu nettement plus préoccupé par les risques baissiers pesant sur la croissance que tel n'était le cas en août”, relèvent ce matin les analystes de RBS. Le sentiment pessimiste s'en est trouvé renforcé.

Le communiqué de la banque centrale américaine indique effectivement que “des risques baissiers significatifs pèsent sur les perspectives économiques, y compris des pressions qui s'exercent sur les marchés financiers”. RBS rappelle qu'en août, le FOMC se contentait d'écrire que “les risques négatifs pesant sur les perspectives économiques se sont accrus”.

Or la demande de pétrole est étroitement dépendante du dynamisme des grandes économies, celle des Etats-Unis demeurant parmi les toutes premières malgré la montée en puissance des émergents.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...