Bourse > Pétrole > Pétrole : Le brut se tient malgré les mauvaises nouvelles
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
51.47 +1.02 %
51.00Ouverture : 51.66+ Haut : 50.87+ Bas :
+0.92 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 42 252Volume :

Pétrole : Le brut se tient malgré les mauvaises nouvelles

tradingsat

(CercleFinance.com) - Le cours du pétrole semble décidément résistant à toutes les mauvaises nouvelles macroéconomiques. Vers 13 heures, le baril de Brent de Mer du Nord d'échéance septembre prenait 0,5% à 117,9 dollars dollars, le WTI américain de même livraison rétrocède 0,1% à 97,3 dollars.

Et pourtant, l'échéance fatidique de l'accord de relèvement du plafond de la dette fédérale américaine se rapproche. Ce sera le mardi 2 août prochain. A défaut d'entente entre démocrates et républicains, l'Etat fédéral risque fort d'être en situation de défaut de paiement technique, situation inédite aux conséquences des plus lourdes tant d'un point de vue financier qu'économique.

En outre, le contexte macroéconomique américain n'est guère flatteur : contrairement aux prévisions, les commandes de biens durables ont reculé de 2,1% en juin, alors qu'une hausse était attendue. A propos du Beige Book publié hier soir par la Fed, Aurel BGC note : “rien de bien positif dans ce Beige Book. Certes, il n'y a pas un recul de l'activité globale. Mais, l'économie reste fragile.”

Enfin, en Europe où les inquiétudes souveraines estompées depuis une semaine reviennent de plus belle, on a appris ce matin que le sentiment économique européen s'est encore dégradé en juillet, selon la Commission : l'indice ESI ressort à 103,2 dans la zone euro et à 102,4 sur l'ensemble de l'Union européenne, en replis de 2,2 points dans chaque cas.

Tous ces facteurs attestent des craintes de plus en plus lourdes qui pèsent sur les perspectives économiques, qui pourraient bien être revues en baisse ces prochains mois. Or la demande de pétrole est étroitement dépendante de l'intensité de la croissance.

En outre, hier, l'Energy Information Agency (EIA) américaine d'une hausse totalement inattendue de 2,3 millions de barils des stocks de brut américains, qui étaient attendus en baisse de près de 2 millions de barils. Au lieu de revenir sur les 350 millions d'unités, ils dépassent de nouveau les 354 millions.

En cette période de vacances estivales et donc de “driving season”, les stocks d'essence ont augmenté, et plus que prévu : + 1 million d'unités à 213,5 millions.

Bref, aux Etats-Unis, la demande a clairement déçu.

On notera que le niveau de la Strategic Petroleum Reserve (SPR), le stock d'urgence fédéral américain qu fait partie de ceux mobilisés par l'AIE dans le cadre du “relâchement” de 60 millions de barils en juillet, a enfin baissé la semaine dernière : parfaitement stable jusqu'alors à 726,5 millions d'unités, il est descendu à 724,3 millions de barils.

Il faut du temps pour mobiliser les barils de la SPR, qui semble maintenant en train de rejoindre le marché.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...