Bourse > Pétrole > Pétrole : Le brut peu sensible la rumeur de qe 3
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
50.99 +2.29 %
50.03Ouverture : 51.02+ Haut : 49.62+ Bas :
+1.92 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 63 748Volume :

Pétrole : Le brut peu sensible la rumeur de qe 3

tradingsat

(CercleFinance.com) - A l'heure du déjeuner, la prochaine échéance du contrat sur le baril de Brent de mer du Nord grappillait symboliquement 0,2% à 103,6 dollars, le baril WTI américain le suivant de 0,2% à 88,7 dollars.

Qu'elles proviennent des Etats-Unis ou d'Europe, les dernières données macroéconomiques ne sont pourtant pas encourageantes. Par exemple, on a appris ce matin en Allemagne que le climat des affaires s'est dégradé davantage que prévu en Allemagne en juillet, selon l'indice Ifo qui est ressorti ce matin à 103,3 ce mois-ci, contre 105,2 en juin et 106,8 en mai. Par comparaison, les économistes n'attendaient qu'un repli à un peu moins de 105.

Cependant, le dollar perdait près de 0,7% contre l'euro ce midi et revenait à 1,2147 dollar l'euro. En effet, le Wall Street Journal (WSJ) affirme dans son édition de ce jour que 'les dirigeants de la Fed, impatients face à une croissance anémique et un chômage élevé, sont de plus en plus décidés à prendre des mesures nouvelles pour stimuler l'activité et les embauches' aux Etats-Unis.

L'éventualité d'un 3ème tour d'assouplissement quantitatif, le fameux 'QE 3' qui suscite les espoirs récurrents - et toujours déçus jusqu'à présent - du marché depuis le début de l'année, s'en trouve relancée. Quand ? Peut-être dès le FOMC des 31 juillet et 1er août, écrit le WSJ. Sinon en septembre, histoire que la Fed puisse accumuler davantage de données macroéconomiques, sachant qu'un autre FOMC est prévu les 12 et 13 septembre. En tout état de cause avant la fin de l'été.

Schématiquement, le rachat de tels actifs alourdirait encore le bilan de la Fed et en dégraderait la qualité, ce qui par ricochet pourrait peser sur la valeur relative du dollar dont la banque centrale US a la charge et dont le bilan est la contrepartie. Comme le dollar est l'unique devise de négoce du brut, cette éventualité peut tendanciellement faire monter le cours du baril en dollars.

Mais on attend cet après-midi l'état hebdomadaire des stocks de brut et de produits raffinés américains tel que le publie l'Energy Information Agency (EIA). Or cette “jauge” de la demande US pourrait se révéler mal orientée, puisqu'une hausse des stocks de brut des attendue. Elle mettrait alors fin à un cycle de quatre reculs hebdomadaires de suite depuis le niveau record depuis 1990 de 387,3 millions de barils, atteint mi-juin.

En effet, l'American Petroleum Institute (API), qui publie 24 heures avant la même mesure que l'EIA sur une base statistique différente (et moins exhaustive), a fait état d'une hausse hier. Habituellement, les mesures de l'API et de l'EIA convergent en tendance.

Copyright (c) 2012 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...