Bourse > Pétrole > Pétrole : Le brut attentiste avant la réunion de l'opep
PétrolePétrole WBS - MP0000000WBSWBS - MP0000000WBS
49.81 -0.08 %
50.03Ouverture : 50.05+ Haut : 49.75+ Bas :
-0.44 %Perf Ouverture : 52.41Clôture veille : 1 915Volume :

Pétrole : Le brut attentiste avant la réunion de l'opep

tradingsat

(CercleFinance.com) - Après une nouvelle révision en baisse des prévisions de l'AIE mais aussi à la veille d'une réunion de l'OPEP, le prix du brut optait pour l'attentisme mardi midi. Le baril de Brent de Mer du Nord livrable en janvier prochain restait donc inchangé à 107,3 dollars, bien que le WTI américain de même échéance prenne 0,7% à 98,5 dollars.

Ce matin en effet, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a révisé en baisse sa prévision de demande mondiale de pétrole brut en raison de la faiblesse des statistiques économiques du 4ème trimestre, notamment en Europe. Les prévisions globales de demande de brut ont été abaissées de 200.000 barils pour 2011 comme pour 2012, à respectivement 89 et 90,3 millions de barils/jour.

Selon l'Agence, la relative bonne tenue des prix face à la détérioration de l'environnement économique tient aux tentions résultant 'd'une interdiction potentielle des échanges pétroliers entre l'Europe et l'Iran'. 'Ces facteurs ont compensé l'escalade des risques pesant sur la conjoncture', indique l'AIE.

Demain à Vienne, l'OPEP se réunira et ses membres devraient se prononcer sur les quotas de ce cartel qui concentre grosso modo le tiers de la production de brut. Certains membres ont plaidé pour une hausse, d'autres pour une baisse si bien qu'au final, un nouveau statu quo semble se profiler.

Chez Jyske Bank ce matin, on estime qu'à court terme, le Brent ne devrait pas passer sous la barre des 98-100 dollars à la baisse, et qu'il restera limité à la hausse par les 117 dollars. 'Nous nous attendons à une légère hausse des prix du brut à un horizon de 12 mois', écrivent les spécialistes, en raison de la croissance mondiale qui demeure positive, de la baisse tendancielle des stocks et de la situation 'incertaine' de l'offre (Iran, Syrie, Yémen...).

Les analystes rappellent qu'un sixième du brut consommé dans le monde transite par le détroit d'Ormuz, dont l'Iran contrôle l'une des deux rives.

Copyright (c) 2011 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...